Auguste, Louis, Antoine Fabre

1820 - 1878

Informations générales
  • Né le 13 avril 1820 à Compeyre (Aveyron - France)
  • Décédé le 18 janvier 1878 à Saint-clément-de-rivière (Hérault - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1864 au 17 juin 1868
Département
Gard
Groupe
Majorité dynastique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif de 1864 à 1868, né à Compeyre (Aveyron) le 13 avril 1820, parent éloigné de Mgr Affre, archevêque de Paris, il appartint à la magistrature.

Il était conseiller à la cour impériale de Nîmes quand il fut élu, avec l'appui officiel, député au Corps législatif, dans la 3e circonscription du Gard, le 21 août 1864, en remplacement de M. de Robiac, décédé, avec 12 845 voix sur 20 994 votants et 33 360 inscrits, contre 8 093 voix données à M. de Larcy, candidat de l'opposition.

M. Fabre avait réclamé l'appui de l'evêque de Nîmes, qui patronna M. de Larcy. L'administration soutint alors ouvertement M. Fabre, et l'on vit les ouvriers des mines de la Grand-Combe et de Bességes amenés au scrutin, par brigades, sous les yeux de leurs directeurs. L'opposition essaya vainement de faire invalider cette élection.

M. Fabre siégea obscurément dans les rangs de la majorite dynastique, et ne termina pas la législature. Nommé procureur général en 1868, il se démit de son mandat de député, et fut remplacé par M. Dumas. Il est décédé le 18 janvier 1878, en son château de Fournel, commune de Saint-Clément-de-Rivière (Hérault). Il était chevalier de la Légion d'honneur.

Date de mise à jour: octobre 2016


Retour haut de page