Louis Frémy

1805 - 1891

Informations générales
  • Né le 2 avril 1805 à Saint-fargeau (Yonne - France)
  • Décédé le 17 mars 1891 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Yonne
Groupe
Droite
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 18 novembre 1865 au 27 avril 1869
Département
Yonne
Groupe
Majorité dynastique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1849, député au Corps législatif de 1865 à 1869, né à Saint-Fargeau (Yonne) le 2 avril 1805, il étudia le droit à Paris, et s'y inscrivit comme avocat en 1829. Après la révolution de 1830, il devint maire de Saint-Fargeau (1831), conseiller d'arrondissement de Joigny, puis auditeur de deuxième classe au conseil d'Etat (1833), sous-préfet à Domfront (1835), à Gien (1837), maître des requêtes au conseil d'Etat (1840), et fit partie (1842) de la commission administrative des chemins de fer, auprès de laquelle il remplit les fonctions de secrétaire. En 1845, il fut nommé inspecteur-général des chemins de fer.

Conseiller général de l'Yonne en 1848, il entra dans la politique sous les auspices de Léon Faucher, son ami, qui se l'attacha comme chef de cabinet, puis comme directeur du personnel au ministère de l'Intérieur. Le 13 mai 1849, M. Louis Frémy fut élu représentant de l'Yonne à l'Assemblée législative, le 5e sur 8, par 34,353 voix (80,826 votants, 111,917 inscrits). Il prit place dans les rangs de la majorité monarchiste, vota pour l'expédition de Rome, pour la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement, prêta son concours à la politique de l'Elysée, et fut envoyé en mission à Rome.

Après le coup d'Etat, il fut membre de la Commission consultative et du conseil d'Etat réorganisé. En février 1853, il reçut du gouvernement impérial la mission d'établir sur de nouvelles bases l'administration du ministère de l'Intérieur. Puis il succéda, en 1857, à M. de Germiny comme gouverneur du Crédit foncier et du Crédit agricole de France, et fut élu, le 18 novembre 1865, député de la 1re circonscription de l'Yonne, par 16,611 voix (29,228 votants, 39,510 inscrits), en remplacement de M. d'Ornano, décédé. M. L. Frémy appartint, comme député, à la majorité dynastique.

Il se représenta, le 24 mai 1869, mais il échoua au scrutin de ballottage avec 17,369 voix contre 17,864 données au candidat de l'opposition, M. Rampont-Léchin. Il conserva ses fonctions de gouverneur du Crédit foncier jusqu'en 1877. En mai 1876, M. Naquet ayant réclamé, à la Chambre, une enquête sur la gestion du Crédit foncier, M. Frémy fut, après l'enquête, révoqué de ses fonctions et remplacé provisoirement par M. Renouard; de plus, l'année d'après (décembre 1878), il se vit enveloppé, avec deux de ses anciens collègues de l'administration, MM. de Soubeyran et Leviez, dans des poursuites judiciaires sous l'inculpation de distribution de dividende fictif.

M. L. Frémy avait fait, le 30 janvier 1876, une tentative infructueuse pour entrer au Sénat : il avait réuni, comme candidat conservateur dans l'Yonne, 219 voix sur 571 votants. Grand officier de la Légion d'honneur du 5 juillet 1863.

Il est décédé à Paris le 17 mars 1891.

Retour haut de page