Charles, Louis, Félicité Texier d'Hautefeuille

1770 - 1865

Informations générales
  • Né le 7 janvier 1770 à Caen (Calvados - France)
  • Décédé le 21 septembre 1865 à Versailles (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Calvados
Groupe
Droite
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 4 octobre 1816 au 31 juillet 1821
Département
Calvados
Groupe
Droite
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 10 octobre 1821 au 24 décembre 1823
Département
Calvados
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1815 à 1824, né à Caen (Calvados) le 7 janvier 1770, d'une ancienne famille noble de Bourgogne qui s'était signalée dans la carrière militaire, mort à Versailles le 21 septembre 1865, il était fils d'un colonel du régiment de Normandie. Il fut élevé à Caen et suivit à son tour le métier des armes. Il y débuta comme capitaine de cavalerie et accompagna en qualité d'aide-de-camp son père, devenu maréchal-de-camp, dans des tournées d'inspection qui lui firent visiter diverses parties de la France. Il le suivit aussi à la cour, monta dans les carrosses du roi le même jour que Chateaubriand, ainsi qu'il aimait à le rappeler plus tard, et, lors de la Révolution, fut des premiers à émigrer (1791).

Il fit à l'armée des princes la campagne de 1792, prit ensuite du service en Suède, dans la garde royale, et ne rentra en France qu'en 1811, pour se fixer à Caen, près de sa mère. En 1813, il accepta de l'Empire le commandement de la garde nationale de cette ville.

Partisan des Bourbons, il salua avec joie leur retour et fut élu, comme fervent royaliste, le 22 août 1815, député du Calvados, au collège de département, par 127 voix (192 votants). Le comte d'Hautefeuille vota avec la majorité et demanda, à propos de la loi électorale, que les chevaliers de Saint-Louis fussent électeurs de droit.

Rentré dans l'armée avec le grade de colonel (1816), il fut, d'autre part, réélu député le 4 octobre de la même année, par 108 voix (175 votants, 261 inscrits). Il se mêla assez activement, dans les rangs de la droite, aux travaux parlementaires, vota pour la continuation de la censure sur les journaux, se prononça, dans le débat sur le recrutement (1817-18), contre les enrôlements volontaires, et parla à diverses reprises dans la discussion des projets de loi sur la presse, des pétitions et du budget, etc. Sur le budget de la guerre (1818-19), il répondit aux critiques de de Lessert : « Si quelques esprits timides pouvaient redouter que la France, oubliant ce qu'il lui en a coûté pour avoir conquis l'Europe, voulût se précipiter dans de nouvelles guerres, qu'ils songent que ce n'est pas sous le prince qui nous gouverne que de pareils dangers sont à craindre ! »

Réélu encore, le 10 octobre 1821, par 341 voix (369 votants, 730 inscrits), il siégea jusqu'en 1824 parmi les plus ardents soutiens de la monarchie. Comme militaire, il remplit les fonctions de chef d'état-major de la 14e division militaire, qui avait alors son quartier général à Caen, et fut appelé au même poste dans la 1re division de cavalerie de la garde royale. Bientôt après, il fut nommé gentilhomme de la chambre du roi et assista en cette qualité au sacre de Charles X.

En 1823, le comte d'Hautefeuille épousa Mlle de Beaurepaire, fille d'un officier vendéen.

Retiré, après 1830, dans le département de Seine-et-Oise, il mourut à Versailles, en 1865, à l'âge de 95 ans, chez le comte de Delley de Blancmesnil, son neveu.

Chevalier de Saint-Louis, il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le 18 mai 1820 et promu au grade d'officier le 13 août 1823 et de commandeur le 3 novembre 1827.

Date de mise à jour: février 2015