Jean-Baptiste, Charles Vacher de Tournemine

1755 - 1840

Informations générales
  • Né le 4 novembre 1755 à Pléaux (Cantal - France)
  • Décédé le 20 septembre 1840 à Mauriac (Cantal - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 1er janvier 1806
Département
Cantal
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Cantal
Groupe
Minorité libérale
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 4 octobre 1816 au 17 juillet 1819
Département
Cantal
Groupe
Minorité libérale

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1795 au 1er janvier 1799

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Conseil des Anciens, au Corps législatif et de 1815 à 1819, né à Pléaux (Cantal) le 4 novembre 1755, mort à Mauriac (Cantal) le 20 septembre 1840, il fit ses études de droit et prit le grade de docteur.

Partisan de la Révolution, il devint président du directoire de département en 1791, puis procureur général syndic; il cessa de faire partie de l'administration en 1794, et fut détenu pendant quelques jours en 1795.

Elu, le 22 vendémiaire an IV, député du Cantal au Conseil des Anciens, à la pluralité des voix sur 234 votants, et réélu, le 23 germinal an VII, par le même département, il parla sur l'organisation des conseils d'administration des troupes, fut rapporteur du projet du tachygraphe, fit admettre les réquisitions en paiement des contributions, et devint secrétaire du Conseil le 1er fructidor an VII.

Rallié au 18 brumaire, et nommé délégué des consuls dans la 17e division militaire, il fut réélu, le 4 nivôse an VIII, par le Sénat conservateur, député du Cantal au Corps législatif. Il en sortit en 1806, présida l'Académie de Clermont et entra dans la magistrature.

Il était président du tribunal de Mauriac, quand il fut élu, le 22 août 1815, député du grand collège du Cantal, par 112 voix (187 votants, 227 inscrits). Il siégea dans la minorité libérale de la Chambre introuvable, fut réélu, le 4 octobre 1816, par 98 voix (162 votants, 214 inscrits), reprit sa place au côté gauche, et vota contre les deux lois d'exception et contre le nouveau système électoral. Il quitta la chambre en 1819 et rentra dans la vie privée après avoir été nommé président honoraire.

On a de lui : Cours d'études encyclopédiques.

Date de mise à jour: avril 2015


Retour haut de page