Guillaume, Zoë Granier

1788 - 1856

Informations générales
  • Né le 8 novembre 1788 à Montpellier (Hérault - France)
  • Décédé le 27 août 1856 à Montpellier (Hérault - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 6 novembre 1830 au 31 mai 1831
Département
Hérault
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Hérault
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Hérault
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Hérault
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 4 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Hérault
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Hérault
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Hérault
Groupe
Majorité gouvernementale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1830 à 1848, né à Montpellier (Hérault) le 8 novembre 1788, mort à Montpellier le 27 août 1836, il était manufacturier, fournisseur de la marine et de l'armée, maire de Montpellier, conseiller général de l'Hérault, président de la chambre de commerce et chevalier de la Légion d'honneur, lorsqu'il fut élu député, le 6 novembre 1830, par le collège de département de l'Hérault, avec 475 voix sur 943 votants et 1,853 inscrits, contre 166 à M. Brousse, en remplacement de M. d'Alzon, démissionnaire.

Il fit partie de la Chambre jusqu'à la chute de la monarchie de juillet, ayant été successivement réélu : le 3 juillet 1831, par le 1er collège de l'Hérault (Montpellier), avec 318 voix sur 342 votants et 642 inscrits; le 21 juin 1834, par 304 voix sur 496 votants et 613 inscrits contre 173 à M. Hennequin; le 4 novembre 1837, par 383 voix sur 492 votants et 634 inscrits; le 4 mars 1839, par 394 voix sur 309 votants et 636 inscrits; le 9 juillet 1842, par 386 voix sur 405 votants et 657 inscrits; le 1er août 1846, par 322 voix sur 537 votants et 654 inscrits, contre 207 à M. Dupont (de l'Eure).

Il siégea peu à la Chambre et vota le plus souvent pour les ministres, notamment pendant la session de 1839 à 1842, où il se prononça pour la dotation du duc de Nemours, pour les fortifications de Paris, contre les incompatibilités, contre l'adjonction des capacités; à la session suivante, il repoussa la proposition Rémusat contre les députés fonctionnaires ; il était absent au moment du vote sur l'indemnité Pritchard. Il soutint jusqu'au bout le ministère Guizot, et fut rendu à la vie privée par la révolution de 1848.

Retour haut de page