Pierre, François Bressand de Raze

1755 - 1826

Informations générales
  • Né le 22 décembre 1755 à Raze (Haute-Saône - France)
  • Décédé le 23 juin 1826 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 13 novembre 1820 au 17 août 1822
Département
Haute-Saône
Groupe
Ministériel modéré
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 20 novembre 1822 au 24 décembre 1823
Département
Haute-Saône
Groupe
Ministériel modéré
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 6 mars 1824 au 23 juin 1826
Département
Haute-Saône
Groupe
Ministériel modéré

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1820 à 1826, né à Raze (Haute-Saône), le 22 décembre 1755 « fils du sieur Nicolas Bressand, bourgeois demeurant à Raze, et de Dame Anne Cécile Clerc », mort à Paris, le 23 juin 1826, il fit ses études à l'Université de Besançon et fut reçu avocat ; mais, possesseur d'une fortune considérable, il délaissa le barreau pour surveiller l'exploitation de ses domaines. Il adopta, avec modération, les principes de 1789, fut, sous la Révolution, membre de la Haute-Cour d'Orléans, et fit partie du tribunal révolutionnaire après Thermidor.

Devenu, sous le Consulat, maire de sa commune natale, puis membre du conseil général du département, il s'occupa, jusqu'à l'époque de la Restauration, moins de politique active que d'améliorations agricoles.

Il fut, le 13 novembre 1820, élu député de la Haute-Saône au collège de département, par 68 voix (132 votants, 154 inscrits), contre 63 voix à M. Nourrisson, candidat de l'opposition libérale. Il vota pour le gouvernement, et proposa, dans la session de 1821, d'augmenter le traitement des curés, qui était de 750 francs, de préférence à celui des vicaires, lesquels, d'après lui, n'avaient ni les mêmes charges ni les mêmes obligations envers les pauvres. Cette proposition, qu'il eut à peine le temps de développer au milieu des conversations de la Chambre, fut écartée par l'ordre du jour. Depuis, Bressand ne reparut plus à la tribune.

Réélu député, le 20 novembre 1822, par 75 voix (133 votants, 153 inscrits), contre 58 à M. de Grammont, libéral, puis le 6 mars 1824, par 81 voix sur 86 votants, il continua de soutenir le ministère et assista, comme président du conseil général de son département, au sacre de Charles X : à cette occasion, M. Bressand de Raze fut fait officier de la Légion d'honneur. De retour à Paris pour la session de 1826, il y mourut le 23 juin.

Date de mise à jour: août 2015