Jean, René, Guillaume de Boisclaireau

1754 - 1835

Informations générales
  • Né le 11 mai 1754 à Le mans (Sarthe - France)
  • Décédé le 2 février 1835 à Ballon (Sarthe - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 4 octobre 1816 au 16 mai 1818
Département
Sarthe
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 13 novembre 1820 au 17 août 1822
Département
Sarthe
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 13 novembre 1822 au 24 décembre 1823
Département
Sarthe
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Sarthe
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1816 à 1818 et de 1820 à 1827, né au Mans (Sarthe), le 11 mai 1754, mort à Ballon (Sarthe), le 2 février 1835, il servit, avant la Révolution, dans le régiment du roi-infanterie, et émigra en 1790.

Rentré en France sous l'Empire, il était propriétaire à Saint-Germain-en-Laye, lorsque, après le retour des Bourbons, il fut élu député par le collège de département de la Sarthe, le 4 octobre 1816, avec 79 voix sur 111 votants et 219 inscrits. Il échoua aux élections du 20 octobre 1818, mais le même collège le réélut, le 13 novembre 1820, par 248 voix sur 294 votants et 367 inscrits. Le 13 novembre 1822, ce fut le 1er arrondissement électoral de la Sarthe (le Mans), qui lui renouvela son mandat, par 283 voix sur 416 votants et 447 inscrits contre M. La Goupillière de Dollon (124 voix); ainsi qu'aux élections du 25 février 1824, où il fut nommé par 334 voix sur 367 votants et 453 inscrits, contre M. Bourdon-Durocher (32 voix).

Dans toutes ces législatures, M. le comte de Boisclaireau siégea silencieusement dans la majorité ministérielle; il termina sa carrière politique avec la Chambre septennale.


Retour haut de page