Pascal, Emile Bourcy

1829 - 1909

Informations générales
  • Né le 1er octobre 1829 à Néré (Charente-Inférieure - France)
  • Décédé le 5 mai 1909 à Saint-jean-d'angély (Charente-Maritime - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 3 septembre 1893 au 31 mai 1898
Département
Charente-Inférieure
Groupe
Républicain

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 1er octobre 1829 à Néré (Charente-Inférieure), mort le 5 mai 1909 à Saint-Jean d'Angély (Charente-Inférieure).

Député de la Charente-Inférieure de 1893 à 1898.

Docteur en médecine de la Faculté de Paris en 1855, ancien interne des hôpitaux de Paris, Pascal Bourcy alla s'installer à Saint-Jean d'Angély où il exerça la médecine pendant 38 ans.

Maire de Saint-Jean d'Angély de 1876 à 1879, puis de 1896 à 1898, conseiller général de la Charente-Inférieure pour le canton de Saint-Jean d'Angély en 1889, président du comice agricole de l'arrondissement, il était républicain sous l'Empire et ne varia jamais dans ses opinions. Comme maire, il refusa, après le 16 mai 1877, l'affichage du bulletin des communes.

Après la mort de son ami J. Lair qui, de 1869 à 1889 fut, dans l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély le principal champion de la cause républicaine, le docteur Bourcy devint le candidat des républicains aux élections au conseil général, à la Chambre des députés et au Sénat. S'il réussit à se faire élire au conseil général en 1889, il essuya un échec aux élections générales législatives des 22 Septembre et 6 octobre de là même année, M. Roy de Loulay, conservateur, ayant emporté le siège avec 790 voix de majorité. Il échoua également au Sénat en 1892, n'ayant obtenu que 318 voix contre 495 à M. Bisseuil qui fut élu. Aux élections générales législatives des 20 août et 3 septembre 1893 il se présenta avec un programme où il sè prononçait pour le maintien des lois scolaires et militaires, là réduction des dépenses budgétaires, la création de caisses de secours et de retraites en faveur des travailleurs usés par l'âge et la maladie. « J'irai, affirmait-il, grossir la majorité républicaine qui doit, en rendant les Ministères durables, assurer la force et l'autorité du Gouvernement pour accomplir les réformes nécessaires ». Il battit cette fois M. Roy de Loulay par 11.568 voix contre 9.593.

Il s'inscrivit au groupe des républicains et appartint à diverses commissions d'interêt local, ét d'initiative parlementaire. Il ne participa à aucun débat en séance publique.

Aux élections générales du 8 mai 1898, M. Roy de Loulay l'ayant distancé de 5.739 voix au premier tour de scrutin, il se retira de la compétition avant le second tour.

Il reprit l'exercice de son art à Saint-Jean d'Angély où il mourut le 5 mai 1909, à 80 ans.

Le docteur Bourcy était Officier d'Académie.