Louis, Marie, Paul Vogt d'Hunolstein

1804 - 1892

Informations générales
  • Né le 22 juin 1804 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 12 février 1892 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 20 février 1836 au 3 octobre 1837
Département
Moselle
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Moselle
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Moselle
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Moselle
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Moselle
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Moselle
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1836 à 1848, représentant en 1849, fils de Félix Philippe Charles Vogt qui fut pair de France, né à Paris le 22 juin 1804, il était propriétaire à Hombourg, dans la Moselle, et conseiller général de ce département quand il fut élu, le 20 février 1836, député du 4e collège (Thionville), par 174 voix sur 265 votants et 298 inscrits, en remplacement de M. Poulmaire, décédé.

Rallié à la monarchie de Juillet, il prit place dans la majorité conservatrice de la Chambre, obtint sa réélection, le 4 novembre 1837, par 169 voix (270 votants, 300 inscrits), puis, le 2 mars 1839, par 188 voix (275 votants, 302 inscrits), soutint les ministères Molé et Guizot, repoussa constamment les propositions émanées de l'opposition, et, après s'être fait réélire encore le 9 juillet 1842, par 195 voix (215 votants, 312 inscrits), se prononça (1845) pour l'indemnité Pritchard.

Son mandat lui ayant été confirmé une dernière fois par les mêmes électeurs, le 1er août 1846, avec 191 voix (274 votants, 314 inscrits), contre 63 au comte de Puymaigre, M. d'Hunolstein se montra fidèle, jusqu'au bout, à la politique « doctrinaire » et au système de Guizot. Il prenait d'ailleurs une part peu active aux délibérations, à en juger par cette courte notice, empruntée à la Chambre des députés actuelle, daguerréotypée par un sténographe (1847). « Je ne puis rien vous en dire, sinon qu'il est riche, et comte par-dessus tout. Désirant occuper ses loisirs, il a brigué la députation, et le ministère aidant, il a été élu. Donc M. d'Hunolstein vient à la Chambre dans ses loisirs et vote pour le système; c'est un passe-temps comme un autre quand on ne sait que faire. »

Il siégeait alors au 8e banc du centre droit. La révolution de février 1848 le rendit momentanément à la vie privée. Mais, le 13 mai 1849, les électeurs monarchistes de la Moselle l'inscrivirent sur leur liste et le nommèrent représentant à l'Assemblée législative, le 9e et dernier, par 37 776 voix (76 540 votants, 115 444 inscrits). Il fit partie de la majorité de droite, vota :

- pour l'expédition romaine,
- pour les poursuites contre plusieurs représentants de la Montagne,
- pour la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement,
- pour la loi restrictive du suffrage universel, etc.

Il ne se rallia pas à la politique particulière de l'Elysée, et rentra dans la vie privée en 1851.

Sous l'Empire, le 24 mai 1867, la démission de M. de Wendel ayant donné lieu à une vacance dans la 2e circonscription de la Moselle, la candidature conservatrice indépendante de M. d'Hunolstein réunit 7 114 voix, contre 17 090 à M. Liégeard, candidat officiel, élu, et 9 629 à M. de Gargau.

Retour haut de page