Etienne de Laborde

1782 - 1865

Informations générales
  • Né le 3 décembre 1782 à Carcassonne (Aude - France)
  • Décédé le 31 juillet 1865 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Charente-Inférieure
Groupe
Bonapartiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1849, né à Carcassonne (Aude) le 3 décembre 1782, mort à Paris le 31 juillet 1865, il s'enrôla dans un régiment d'infanterie, devint lieutenant en 1811, capitaine en 1813, et fit les campagnes d'Allemagne et de Russie, où il fut deux fois blessé.

Lieutenant aux chasseurs à pied de la garde (17 juillet 1813), il se distingua dans la campagne de France, fut nommé (8 mars) capitaine adjudant major, et conserva ce grade en accompagnant Napoléon à l'île d'Elbe. Le 13 avril 1815, l'empereur le nomma chef de bataillon aux chasseurs à pied de la garde ; il assista à la bataille de Waterloo et fut, à la Restauration, relégué avec le grade de capitaine dans les compagnies sédentaires. Nommé lieutenant-colonel du 45e de ligne en 1830, il prit part à la campagne de Belgique et au siège d'Anvers, eut ensuite le commandement de la place de Cambrai, et fut admis à la retraite en 1838. Dévoué au parti bonapartiste, il prit part à la tentative de Boulogne en 1840 et fut condamné par la cour des pairs à deux années d'emprisonnement qu'il obtint la permission de subir à Chaillot, dans une maison de santé.

Après avoir échoué, en 1848, aux élections pour l'Assemblée constituante, il fut élu, le 13 mai 1849, représentant de la Charente-inférieure à l'Assemblée législative, le 8e sur 10, par 33,121 voix (90,799 votants et 142,041 inscrits), Il prit place dans les rangs de la majorité hostile aux institutions républicaines, vota constamment avec elle et fut nommé gouverneur du palais du Luxembourg après le coup d'Etat du 2 décembre 1851.

Chevalier de la Légion d'honneur en 1812, officier en 1814, il fut promu, en 1849, au rang de commandeur. On a de lui, sous le titre de Napoléon et sa garde, une relation assez curieuse du voyage de Fontainebleau à l'île d'Elbe, du séjour de l'empereur dans cette île, et de son retour en France.

Retour haut de page