Henri, Alexandre Peupin

1809 - 1872

Informations générales
  • Né le 2 décembre 1809 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 12 décembre 1872 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Seine
Groupe
Centre droit
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Seine
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1848 et en 1849, né à Paris le 2 septembre 1809, mort à Paris le 12 décembre 1872, il était ouvrier horloger à Paris. Il prit part, sous Louis-Philippe, à la fondation et à la rédaction de l'Atelier, feuille néo-catholique, aux tendances républicaines, publiée par un groupe de travailleurs, devint membre du conseil des prud'hommes, et, après la révolution de février 1848, entra dans la vie politique.

Démocrate très modéré, adversaire déterminé des idées socialistes, et en particulier de celles que préconisait Louis Blanc, il fut élu, le 23 avril 1848, représentant de la Seine à l'Assemblée constituante, le 23e sur 34, par 131,969 voix (267,888 votants, 399,191 inscrits). Il fut l'un des six secrétaires de l'Assemblée, fit partie du comité du travail, fut rapporteur (9 mai 1848) de la proposition Dornès (Voy. ce nom) qui fut votée malgré les conclusions défavorables du rapport, vota plus souvent avec la droite qu'avec la gauche, attaqua à plusieurs reprises le communisme, combattit l'institution d'un ministère du progrès, et se prononça:

- contre le rétablissement du cautionnement,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'amendement Grévy,
- contre le droit au travail,
- pour l'ordre du jour en l'honneur de Cavaignac,
- contre la proposition Rateau,
- contre l'amnistie,
- pour l'abolition de l'impôt des boissons.

Réélu, le 13 mai 1849, par le même département, à l'Assemblée législative, le 23e sur 28, avec 109,560 voix (281,140 votants, 378,043 inscrits), il se rapprocha encore de la majorité conservatrice, s'associa au vote de l'expédition de Rome, à celui de la loi du 31 mai qui restreignait le suffrage universel, se déclara partisan de la révision de la Constitution, et se rallia définitivement à la politique de l'Elysée.

Après le coup d'Etat du 2 décembre, M. Peupin accepta les fonctions de sous-directeur du bureau des dons et secours de la maison de l'empereur ; puis il devint, en 1864, percepteur d'un des arrondissements de Paris.


Retour haut de page