Jean, Symphorien, Gaétan de Vaudoré

1818 - 1889

Informations générales
  • Né le 13 avril 1818 à Argentan (Orne - France)
  • Décédé le 1er juillet 1889 à Argentan (Orne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 17 septembre 1848 au 26 mai 1849
Département
Orne
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Orne
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1848 et en 1849, né à Argentan (Orne) le 13 avril 1818, mort à Argentan le 1er juillet 1889, il étudia le droit et fut reçu avocat.

D'opinions conservatrices, il se présenta, le 17 septembre 1848, comme candidat dans l'Orne à l'Assemblée constituante, en remplacement de Thiers, qui avait opté pour un autre département. M. de Vaudoré fut élu représentant par 10 619 voix sur 39 281 votants et 123 000 inscrits, contre 9 734 à Louis-Napoléon Bonaparte, 7 853 à M. Hippolyte Passy, 6 248 à M. Berryer-Fontaine et 4 143 à M. Mercier, ancien député. Il siégea à droite, fit partie du comité des cultes, et vota :

- contre l'amendement Grévy,
- contre le droit au travail,
- pour la Constitution,
- pour l'ordre du jour en l'honneur de Cavaignac,
- pour la proposition Rateau,
- pour l'interdiction des clubs,
- contre l'amnistie,
- contre l'abolition de l'impôt des boissons.

Réélu, le 13 mai 1849, représentant de l'Orne à l'Assemblée législative, le 9e et dernier, par 36 767 voix (94 068 votants, 126 096 inscrits), il reprit sa place à droite et vota avec la majorité conservatrice :

- pour les crédits de l'expédition romaine,
- pour la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement,
- pour la loi restrictive du suffrage universel.

Il rentra dans la vie privée au coup d'Etat de 1851.