Louis, Auguste, Alexis de Peyre

1797 - 1869

Informations générales
  • Né le 4 mars 1797 à Limoux (Aude - France)
  • Décédé le 13 février 1869 à Limoux (Aude - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 1er mars 1832 au 25 mai 1834
Département
Aude
Groupe
Centre
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Aude
Groupe
Centre
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Aude
Groupe
Centre
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Aude
Groupe
Centre
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Aude
Groupe
Centre
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Aude
Groupe
Centre

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1832 à 1848, né à Limoux (Aude) le 4 mars 1797, mort à Limoux le 13 février 1869, il étudia le droit et fut inscrit au barreau de Limoux.

Dévoué au gouvernement de Louis-Philippe, il se présenta à la députation, comme candidat conservateur, le 5 juillet 1831, dans le 4e collège de l'Aude (Limoux), où il échoua avec 123 voix contre 124 à l'élu, M. Brousses; mais il fut élu député de la même circonscription (en remplacement de M. Brousses décédé), le 1er mars 1832, par 161 voix (252 votants, 313 inscrits), contre 71 à M. Marc Gaze. M. de Peyre siégea au centre et soutint fidèlement de ses votes la politique gouvernementale.

Son mandat lui fut successivement renouvelé : le 21 juin 1834, par 176 voix (268 votants, 300 inscrits), contre 69 à M. de Cauderat; le 4 novembre 1837, par 203 voix (242 votants, 329 inscrits); le 2 mars 1839, par 178 voix (258 votants); le 9 juillet 1842, par 216 voix (220 votants, 357 inscrits); le 1er août 1846, par 259 voix (262 votants, 375 inscrits).

Dans l'intervalle de ces deux derniers scrutins (1844), il avait été nommé par le gouvernement conseiller référendaire à la cour des Comptes. Partisan de la politique de Guizot, et contraire à toute idée de réforme électorale, il s'associa (1845) au vote de l'indemnité Pritchard. « M. Peyre, écrivait un biographe, fut maire de Limoux; il est député de Limoux; il n'a point inventé la blanquette de Limoux; il n'a rien inventé. Comment le pays qui produit les liqueurs mousseuses a-t-il engendré quelque chose d'aussi obtus? La nature est pleine de contrastes. Cependant, comme il fallait bien trouver à placer un ministériel si fidèle, on l'a jeté à la cour des Comptes en qualité de référendaire. Qu'y fait-il? Qu'y peut-il faire? Vous êtes trop curieux. Il y est placé. Limoux n'en est pas moins une assez jolie petite ville. »

M. de Peyre quitta la vie parlementaire en 1848. Il était encore conseiller référendaire de 2e classe à la cour des Comptes en 1869, date de sa mort. Chevalier de la Légion d'honneur.


Retour haut de page