Ollivier Rupérou

1763 - 1843

Informations générales
  • Né le 25 juin 1763 à Châtelaudren (Côtes d'Armor - France)
  • Décédé le 28 avril 1843 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cent-Jours
Législature
Chambre des représentants
Mandat
Du 25 mai 1815 au 13 juillet 1815
Département
Côtes-du-Nord
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Minorité libérale
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 4 octobre 1816 au 22 juillet 1820
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Minorité libérale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant aux Cent-Jours, député de 1815 à 1820, né à Châtelaudren (Côtes-du-Nord) le 25 juin 1763, mort à Paris le 28 avril 1843, fils d'un riche meunier, il fit ses études à Saint-Brieuc et son droit à Rennes, fut reçu docteur en droit en 1786, et devint sénéchal de Guingamp.

Partisan de la Révolution, il fut élu (1791) membre du directoire du département, et, en septembre de la même année, premier député suppléant des Côtes-du-Nord à l'Assemblée législative, où il ne fut pas appelé à siéger.

Lors du mouvement fédéraliste tenté par les Girondins en Normandie (juin 1793), il fut envoyé à Caen pour y prendre part, fut décrété d'arrestation par la Convention triomphante, réussit à se cacher, et ne reparut qu'après la chute de Robespierre.

Membre du directoire de district de Saint-Brieuc, procureur général syndic des Côtes-du-Nord, il fut élu (vendémiaire an VII) juge au tribunal de Cassation, et y fut rappelé le 1er floréal an VIII. Décoré de la Légion d'honneur (25 prairial an XII), créé chevalier de l'Empire (26 avril 1808), il présida, en 1809, le collège électoral des Côtes-du-Nord, fut élu candidat au Sénat, sans y être admis par l'empereur, et, lors de la réorganisation des cours et tribunaux en 1811, prit le titre de conseiller à la cour de Cassation.

Le 25 mai 1815, le grand collège des Côtes-du-Nord l'élut représentant à la Chambre dite des Cent-Jours, par 77 voix sur 150 votants et 283 inscrits.

Réélu, le 22 août 1815, député du même collège par 219 voix sur 231 votants et 289 inscrits, il siégea dans la minorité de la Chambre introuvable, vit son mandat renouvelé, le 4 octobre 1816, par 146 voix sur 210 votants et 274 inscrits, et vota avec les libéraux contre les lois d'exception et contre la nouvelle loi électorale.

De la série sortante en 1820, il ne se représenta plus, reprit ses fonctions judiciaires, et mourut à quatre-vingts ans, commandeur de la Légion d'honneur (1840).

Retour haut de page