Georges, Thomas Brémontier

1745 - 1823

Informations générales
  • Né le 25 mars 1745 à Rouen (Seine-Inférieure - France)
  • Décédé le 5 janvier 1823 à Rouen (Seine-Maritime - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 7 septembre 1791 au 20 septembre 1792
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Majorité
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 13 avril 1798 au 26 décembre 1799
Département
Seine-Inférieure
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 4 juin 1814
Département
Seine-Inférieure

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député à l'Assemblée législative de 1791, au Conseil des Cinq-cents et au Corps législatif de l'an VIII, né à Rouen le 25 mars 1745 et décédé le 5 janvier 1823 dans cette même ville, il était négociant à Rouen.

Député de la Seine-Inférieure à l'Assemblée législative, le 7 septembre 1791, il y opina avec la majorité, et prit la parole, dans la séance du 1er février 1792, contre le ministre de la Marine, Bertrand de Molleville. On lui reprochait de n'avoir pas mis à exécution, en temps voulu, la loi sur l'organisation de la marine: ce retard avait été cause de la défection d'un grand nombre d'officiers. Brémontier demanda à l'assemblée de décréter que son comité de législation lui présenterait « des observations motivées sur la conduite du ministre, afin que ces observations approuvées, s'il y a lieu, par le Corps législatif, puissent être transmises au roi. » La motion fut adoptée sous une forme un peu différente. Le 5 mars, Brémontier réclama un plan général sur l'approvisionnement des départements. Enfin, le 13 juin, il fit un rapport relatif à la surveillance de la fabrication des assignats et monnaies.

Plus tard, il appartint au Conseil des Cinq-cents . Le département de la Seine-Inférieure l'y avait élu, le 24 germinal an VI. Il n'y fit guère parler de lui, non plus qu'au Corps législatif ou il entra le 4 nivôse an VIII. Il termina sa carrière comme directeur des droits réunis du département du Calvados en 1813.

Date de mise à jour: mars 2012