Antoine Thévenin

1757 - 1842

Informations générales
  • Né le 7 décembre 1757 à Echassières (Allier - France)
  • Décédé le 3 mars 1842 à Montaigut (Puy-de-Dôme - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 7 septembre 1791 au 20 septembre 1792
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Gauche
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 15 octobre 1795 au 2 novembre 1795
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Majorité
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 4 juin 1814
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Bonapartiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1791, au Conseil des Cinq-Cents, au Conseil des Anciens et au Corps législatif, né à Echassières (Allier) le 7 décembre 1757, mort au château de Montcloux, près Montaigut (Puy-de-Dôme), le 3 mars 1842, « fils de M. Etienne-Gabriel Thévenin, bourgeois, demeurant en ce bourg d'Echassières, et de dame Marie Chapus », il était en 1789 conseiller du roi et maire de Montaigut.

Partisan de la Révolution, il devint, en juin 1790, procureur-syndic du district de Montaigut, et fut élu, le 7 septembre 1791, député du Puy-de-Dôme à l'Assemblée législative, le 3e sur 12, par 420 voix (619 votants). Il fit partie du comité administratif, parla sur le remplacement des membres des directoires de département, lut un rapport sur l'élection des commissaires de police, et fit adopter (5 janvier 1792) un décret obligeant les prêtres nommés aux cures d'accepter dans la quinzaine, et permettant d'élire les prêtres étrangers qui voudraient s'établir dans le royaume.

Il rentra à Montaigut après la session, resta sans fonctions sous la Terreur, et fut renommé, en 1795, procureur syndic de Montaigut.

Il fut réélu, le 23 vendémiaire an IV, député du Puy-de-Dôme au Conseil des Cinq-Cents, par 237 voix (451 votants) ; il devait démissionner presque immédiatement le 11 brumaire suivant.

Il fut réélu, par le même département, le 26 germinal an VII, au Conseil des Anciens. Son rôle y fut effacé et se borna à approuver les événements du 18 brumaire.

Choisi de nouveau, le 4 nivôse an VIII, par le Sénat conservateur, comme député du Puy-de-Dôme au Corps législatif, il fit partie de la commission du code criminel, et en sortit en l'an XI.

Nommé, en avril 1812, conseiller à la cour impériale de Riom, il fut promu à une présidence de chambre à la même cour en 1818, et obtint sa retraite en 1838.

Date de mise à jour: août 2020