Jacques Picot-Lacombe

1753 - 1815

Informations générales
  • Né le 15 juin 1753 à Billom (Puy-de-Dôme - France)
  • Décédé le 29 septembre 1815 à Billom (Puy-de-Dôme - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 12 avril 1797 au 4 septembre 1797
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Modérés
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 18 février 1808 au 4 juin 1814
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Majorité
Régime politique
Première Restauration
Législature
Chambre des députés des départements
Mandat
Du 4 juin 1814 au 20 mars 1815
Département
Puy-de-Dôme

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Conseil des Cinq-Cents, et au Corps législatif, né à Billom (Puy-de-Dôme) le 15 juin 1753, mort à Billom le 29 septembre 1815, « fils de Joseph Picot-Lacombe et de Marguerite Petit », il entra en 1771 chez un procureur pour y apprendre le droit.

Reçu avocat au parlement de Paris, il revint à Billom, et, partisan de la Révolution, fut nommé, en 1790, procureur-syndic du district. Il donna sa démission en 1793, et se fit, sous la Terreur, le défenseur des détenus politiques. Il sauva ainsi la vie à son beau-frère, M. Huguet de Billom, qu'il défendit avec tant de chaleur devant le tribunal révolutionnaire de Lyon, que le président lui dit : « Tu es un bon b..... d'avocat. »

Elu, le 23 germinal an V, député du Puy-de-Dôme au Conseil des Cinq-Cents, par 253 voix sur 301 votants, il vit son élection annulée en fructidor, comme entachée de royalisme. Le gouvernement consulaire le nomma (28 floréal an VIII) commissaire près le tribunal civil de Clermont-Ferrand, titre qu'il échangea, en 1805, contre celui de procureur impérial à Riom.

Le 18 février 1808, le Sénat conservateur le choisit comme député du Puy-de-Dôme au Corps législatif, où il siégea jusqu'en 1815.

Confirmé dans ses fonctions judiciaires par Louis XVIII et nommé chevalier de la Légion d'honneur, M. Picot-Lacombe mourut peu de temps après, du chagrin que lui causa la perte de son fils tué à Waterloo.