Pierre, François, Dominique Bonnet

1754 - 1809

Informations générales
  • Né le 25 mars 1754 à Limoux (Aude - France)
  • Décédé le 3 décembre 1809 à Conques (Aude - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 25 mars 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Limoux (Type : Sénéchaussée)
Groupe
Tiers-Etat
Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 4 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Aude
Groupe
Montagne

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député à l'Assemblée constituante de 1789, membre de la Convention et député au Conseil des Anciens, né à Limoux (Aude) le 25 mars 1754, mort à Conques (Aude) le 3 décembre 1809, il exerçait à Limoux la profession d'avocat, lorsqu'il fut nommé, le 25 mars 1789, député du tiers aux Etats généraux par la sénéchaussée de Limoux ; il se fit peu remarquer à l'Assemblée constituante.

Envoyé ensuite à la Convention par le département de l'Aude, le 4 septembre 1792, par 320 voix sur 377 votants, il y siégea parmi les Montagnards et répondit au 3e appel nominal, dans le procès de Louis XVI :

« L'expression de la volonté générale est la loi; la loi condamne les conspirateurs à la mort; Louis a été, à l'unanimité, convaincu de conspiration : il mérite la mort. On a répété jusqu'à la satiété que la mort d'un roi n'était pas la mort de la royauté; mais le respect pour un tyran n'est pas le moyen d'expulser la tyrannie. On a dit que Louis, gardé en otage, nous servirait à repousser les ennemis ; mais nous l'avons en otage : a-t-il servi à empêcher les armées étrangères de dévaster notre territoire ? Le Code pénal nous force d'appliquer la peine de mort ; je vote pour la mort. »

On l'envoya dans les Pyrénées-Orientales d'où, à la date du 18 septembre 1793, il rend compte à la Convention de l'accomplissement de sa tâche et annonce la défaite des Espagnols à Peyres-Torrès. Une autre lettre, du 7 octobre, mentionne la prise de Campredon par l'armée française ; une autre porte que « les troupes de la République ont forcé les Espagnols à lever le camp d'Argelès. » D'accord avec les représentants Expert et Fabre, il destitua, en août 1793, le général en chef de Flers, coupable « d'avoir perdu la confiance des citoyens soldats » ; de Flers fut jeté en prison, conduit à Paris et exécuté.

Rappelé à l'Assemblée, sur sa demande, le 13 brumaire an II, il fut, en l'an III, un des commissaires chargés d'examiner la conduite de Carrier, et se prononça contre lui.

Elu député au Conseil des Anciens, le 24 germinal an VI, par le département de l'Aude, avec 119 voix, il y combattit la résolution qui n'accordait d'indemnités qu'aux députés des assemblées où il n'y avait pas eu de scission, et prit encore la parole en faveur d'un projet concernant les emprunts faits avec privilège sur les rentes viagères.

Date de mise à jour: septembre 2019