Jean-Baptiste Perrin des Vosges

1754 - 1815

Informations générales
  • Né le 5 mars 1754 à Damas-devant-dompaire (Vosges - France)
  • Décédé le 26 avril 1815 à Épinal (Vosges - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Présidence(s)

Présidence de l'Assemblée nationale
du 1er janvier 1800 au 21 janvier 1800

Mandat(s)

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 4 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Vosges
Groupe
Montagne
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 13 octobre 1795 au 1er avril 1798
Département
Vosges
Groupe
Bonapartiste
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 1er avril 1803
Département
Vosges
Groupe
Bonapartiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Membre de la Convention, député au Conseil des Cinq-Cents, au Conseil des Anciens et au Corps législatif de l'an VIII à l'an XI, né à Damas-devant-Dompaire (Vosges) le 5 mars 1754, mort à Epinal (Vosges) le 26 avril 1815, il était négociant dans cette dernière ville avant la Révolution.

Nommé, en 1791, président du département des Vosges, il fut élu, le 4 septembre 1792, député de ce département à la Convention, le 4e sur 8, par 228 voix (267 votants).

Il répondit, dans le procès du roi : « Je prononce la peine de mort, »

Il prit plusieurs fois la parole sur des questions de finances, fut envoyé en mission dans les Ardennes, le Nord, le Pas-de-Calais, le Gard, l'Hérault, l'Aveyron, dénonça (4 septembre 1793) une multitude d'employés inutiles dans l'armée, se montra également l'adversaire des royalistes et des jacobins, fut nommé (15 pluviôse an III) membre du comité de sûreté générale, prit une part active aux mesures de rigueur dont furent l'objet les insurgés de prairial, et fit rendre à la famille du conventionnel Noël (Voy. ce nom) ses biens confisqués.

Réélu, le 21 vendémiaire an IV, député des Vosges au Conseil des Cinq-Cents, par 203 voix (270 votants), il parla avec autorité sur les matières financières, dénonça les troubles causés dans son département par les prêtres réfractaires, passa au Conseil des Anciens, le 22 germinal an VI, comme député du même département, et fut secrétaire, puis président de cette assemblée.

Partisan du coup d'Etat de Bonaparte, il fit partie de la Commission intermédiaire de l'an VIII, puis fut appelé, par une décision du Sénat (4 nivôse suivant), à représenter les Vosges au Corps législatif, dont il fut le premier président et où il siégea jusqu'en l'an XI.

Conseiller général des Vosges le 16 floréal an XI, il s'occupa, dans sa région, de la formation de corps francs en 1814.


Date de mise à jour: juillet 2012