Antoine, François Carpentier

1739 - 1817

Informations générales
  • Né le 23 janvier 1739 à Haverskerque (Nord - France)
  • Décédé le 4 juillet 1817 à Ypres (Belgique)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 31 août 1791 au 20 septembre 1792
Département
Nord
Groupe
Majorité
Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 9 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Nord
Groupe
Gauche
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 15 octobre 1795 au 1er juillet 1797
Département
Nord
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député à l'Assemblée législative de 1791, membre de la Convention, député au Conseil des Cinq-Cents, né à Haverskerque (Nord) le 23 janvier 1739, de françois Joseph Carpentier, bailly de la Goguerie, et Marie Madeleine Gombert, il devint, au début de la Révolution, président du district d'Hazebrouck (Nord).

Il fut élu, le 31 août 1791, député du Nord, à l'Assemblée législative, le 7e sur 12, par 605 voix sur 908 votants, et siégea dans la majorité.

Le même département le renvoya (septembre 1792), à la Convention nationale. Partisan du jugement et de la condamnation de Louis XVI, il s'opposa, le 15 décembre, à la proposition de Thuriot, tendant à soumettre les pièces déniées par le roi à une vérification d'experts. Lors du procès, il vota « la mort », sans développer son opinion, et ne prit plus la parole qu'à la séance du 9 juillet 1793, pour traiter de « tartufe » le représentant Couhey (des Vosges), membre du côté droit, qui essayait de se disculper du reproche d'avoir applaudi à la lecture d'une proclamation réactionnaire du comité central de l'Hérault.

Le 23 vendémiaire an IV, Carpentier passa au Conseil des Cinq-Cents, où il siégea jusqu'en l'an VI.

Il demeurait alors à Paris « rue Serpente, n° 16 ». On perd sa trace à partir de cette époque.

Atteint par la loi de 1816, il mourut en exil, à Ypres où il s'était retiré.

date de mise à jour: septembre 2019