Joseph, Christophe Charbonnier

1751 - 1808

Informations générales
  • Né le 23 octobre 1751 à Toulon (Var - France)
  • Décédé le 6 juin 1808 à Toulon (Var - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 4 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Var
Groupe
Montagne

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Membre de la Convention, né à Toulon (Var) le 23 octobre 1751, mort à Toulon le 6 juin 1808, il était directeur des vivres de la marine à Toulon, quand il fut élu, le 4 septembre 1792, membre de la Convention par le département du Var, le 2e sur 8, avec 310 voix sur 491 votants.

Il prit place à la Montagne, vota, dans le procès de Louis XVI, contre l'appel au peuple et contre le sursis, et répondit au 3e appel nominal: « Si j'étais sûr que demain les puissances de l'Europe reconnaissent de bonne foi la République française, je voterais, à cette condition, la grâce de Louis; mais si elles font des préparatifs, ne vous y trompez pas, c'est uniquement pour le remettre sur le trône. Non ce n'est pas assez d'avoir renversé l'idole, il faut la briser, pour la ravir tout à fait à ses stupides adorateurs. Il reste encore des préjugés; il existe dans quelques esprits une vieille idolâtrie pour la royauté. Le roi que vous avez à juger fut un tyran, un assassin; ses forfaits sont sans nombre; il a mérité la mort; le salut de la patrie exige qu'il la subisse, l'intérêt public le demande : je vote pour la mort. »

Accusé, après la chute de Robespierre, d'avoir provoqué une insurrection à Marseille dans le but de délivrer les Jacobins enfermés au fort Saint-Jean, il fut traduit à Toulon devant une commission militaire, et, malgré l'absence de preuves, détenu au fort Lamalgue jusqu'à l'amnistie de brumaire an IV. A cette époque, il reprit ses fonctions dans la marine, jusqu'à sa mort.

Date de mise à jour: septembre 2012