Etienne Buyat

1831 - 1887

Informations générales
  • Né le 8 juillet 1831 à Chaponnay (Isère - France)
  • Décédé le 12 mars 1887 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Isère
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Isère
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Isère
Groupe
Union des gauches
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 12 mars 1887
Département
Isère
Groupe
Union des gauches

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1876 à 1887, né à Chaponnay (Isère), le 8 juillet 1831, mort à Paris, le 12 mars 1887, il étudia le droit et s'inscrivit au barreau de Lyon.

Il lutta contre la politique de l'Empire, se fit élire, comme candidat de l'opposition, membre du Conseil général de l'Isère, et fit campagne pour la nomination des maires par les conseils municipaux; il se déclara ouvertement contre le plébiscite. Le gouvernement de la Défense nationale le nomma secrétaire général à la préfecture de l'Isère.

Aux élections du 8 février 1871, M. Buyat, porté sur une liste républicaine, obtint, sans être élu, 47,156 voix sur 92,816 votants. Il continua de s'occuper activement de politique: dans le conseil général de l'Isère, où il représentait le canton de Saint-Symphorien-d'Ozon, et dont il devint, plus tard, le président, dans le comité électoral sénatorial de l'Isère qu'il présida également en 1876, enfin, comme député de l'Isère, élu, le 20 février de la même année, dans la 1re circonscription de Vienne, par 9,791 voix (16,241 votants, 22,670 inscrits), contre 5,754 à M. Thivollet, radical. Il prit place dans la nouvelle majorité, au groupe de l'Union républicaine, et fut des 363.

Aux élections du 14 octobre 1877, il fut réélu par 13,434 voix sur 18,567 votants et 22,937 inscrits contre M. Harel, candidat du gouvernement, 5,078. Il vota avec la gauche :

- le 20 janvier 1879, pour l'ordre du jour de confiance en faveur du ministère Dufaure,
- le 30 janvier (au Congrès) pour l'élection de M. Grévy à la présidence la République;
- le 16 mars 1880, pour l'application des lois existantes aux congrégations;
- le 8 février 1881, pour le divorce.

Réélu de nouveau, sans concurrent, le 21 août 1881, par 10,520 voix (11,611 votants, 22,973 inscrits), M. Buyat compta parmi les défenseurs de la politique opportuniste qui prévalut dans cette législature, contribua à l'adoption des crédits du Tonkin, au rejet de la séparation des Eglises et de l'Etat, au maintien de l'ambassade auprès du pape, etc. Il soutint les ministère Gambetta et Jules Ferry; mais, partisan fidèle de la liberté municipale, il se prononça, le 4 mars 1882, pour l'amendement Jules Roche sur l'élection du maire de Paris.

Aux élections du 4 octobre 1885, M. Buyat passa, le 2e sur 9, avec 64,017 voix sur 112,659 votants et 162,975 inscrits. Il appartint au groupe de l'Union des gauches, qu'il présida et avec lequel il opina jusqu'à sa mort; le 8 février 1886, contre la proposition Michelin relative aux responsabilités de l'expédition du Tonkin; le 27 novembre, pour le maintien de l'ambassade du Vatican, etc.

Le 12 janvier 1886, M. Buyat avait été nommé vice-président de la Chambre des députés, par 252 suffrages. Il succomba, pendant la législature, aux suites d'une pneumonie.

En faisant part à la Chambre de son décès, M. le président Floquet rappela qu'il « descendait de l'un des membres de cette vaillante bourgeoisie du Dauphiné qui furent les précurseurs de la Révolution française. » Le 1er septembre 1889, un buste en bronze a été élevé par souscription à la mémoire de M. Buyat, sur la place publique de sa ville natale.


Retour haut de page