Armand Béhic

1809 - 1891

Informations générales
  • Né le 15 janvier 1809 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 2 mars 1891 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Nord
Groupe
Centre droit

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 30 janvier 1876 au 5 janvier 1879

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1846 à 1848, sénateur du second empire, ministre et sénateur de 1876 à 1879, né à Paris le 15 janvier 1809, il se fit recevoir licencié en droit et entra dans l'administration des finances en 1826.

Attaché à la trésorerie de l'armée lors de l'expédition d'Alger, en 1830, il suivit la carrière, devint inspecteur des finances en 1845, et, après avoir visité en cette qualité la Corse et les Antilles, fut nommé, la même année, directeur du contrôle et de la comptabilité générale au ministère de la marine.

Elu, le 1er août 1846, député par le 11e collège électoral du Nord (Avesnes), avec 418 voix sur 748 votants et 816 inscrits, contre M. Marchant, député sortant, qui eut 324 voix, il siégea au centre droit, vota avec lui, donna sa démission après les journées de février 1848, et dirigea les forges de Vierzon jusqu'à son élection au Conseil d'Etat par l'Assemblée législative, au premier tour de scrutin (1849); il fit partie de la section de législation.

Après le coup d'Etat de décembre et la dissolution du Conseil d'Etat, M. Béhic reprit la direction des forges et hauts fourneaux de Vierzon, devint, en 1853, inspecteur général des Messageries maritimes, spécialement chargé de l'organisation des lignes postales, puis passa administrateur et président du conseil d'administration de cette puissante Société. En 1854, il s'occupa activement des transports pour la guerre de Crimée, annexa aux Messageries Maritimes la Société des forges et chantiers de la Méditerranée (1856), et présida la commission d'organisation des banques coloniales.

Conseiller général des Bouches-du-Rhône pour le canton de La Ciotat, il fut appelé par l'empereur au ministère de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, le 23 juillet 1865, en remplacement de M. Rouher, provoqua les enquêtes importantes sur la Banque de France, sur le service des chemins de fer, sur l'état de l'agriculture (1866), et fut le promoteur du règlement sanitaire concernant le choléra, et de la convention monétaire entre la France, l'Italie, la Belgique et la Suisse.

Il démissionna le 17 janvier 1867, fut nommé sénateur trois jours après, grand croix de la Légion d'honneur, et membre du conseil de perfectionnement de l'enseignement secondaire spécial (novembre 1867).

Le 4 septembre 1870 éloigna momentanément M. Béhic de la politique; il y rentra en 1876; il était vice-président du comité électoral dit « national conservateur », et, sur une profession de foi nettement bonapartiste, fut élu, le 30 janvier, sénateur par la Gironde, le 3e sur 4, au 3e tour de scrutin, avec 367 voix sur 672 votants. Il siégea dans le groupe de l'Appel au peuple, mais ne fut pas réélu aux élections du 5 janvier 1879, n'ayant obtenu que 319 voix, sur 664 votants.

M Béhic a présidé le conseil général des Bouches-du-Rhône. Chevalier de la Légion d'honneur en 1834, officier en 1847, commandeur en 1860, grand-croix en 1867, commandeur de l'ordre de Sainte-Anne de Russie, grand-croix de la Rose du Brésil, d'Isabelle la Catholique, de l'Etoile polaire de Suède, de la conception de Portugal, du Metjidié, etc.

Il s'est éteint à Paris le 2 mars 1891.


Retour haut de page