Jean, Pierre, Casimir de Marcassus de Puymaurin

1757 - 1841

Informations générales
  • Né le 5 décembre 1757 à Toulouse (Haute-Garonne - France)
  • Décédé le 14 février 1841 à Toulouse (Haute-Garonne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 21 septembre 1805 au 4 juin 1814
Département
Haute-Garonne
Régime politique
Première Restauration
Législature
Chambre des députés des départements
Mandat
Du 4 juin 1814 au 20 mars 1815
Département
Haute-Garonne
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Haute-Garonne
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 4 octobre 1816 au 31 juillet 1821
Département
Haute-Garonne
Groupe
Minorité modérée/Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 1er octobre 1821 au 24 décembre 1823
Département
Haute-Garonne
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Haute-Garonne
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Haute-Garonne
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de l'an XIII à 1815 et de 1815 à 1830, né à Toulouse (Haute-Garonne) le 5 décembre 1757, mort à Toulouse le 14 février 1841, « fils de Nicolas-Joseph de Marcassus-Puymaurin et de dame Jeanne Darquier », il fit ses études à Toulouse, s'occupa de chimie, et introduisit en France, en 1787, la gravure sur verre par l'acide fluorhydrique.

A l'écart de la politique pendant la Révolution, il devint sous le Consulat conseiller municipal de Toulouse et conseiller-général de la Haute-Garonne, et fut choisi, le 4e jour complémentaire de l'an XIII, par le Sénat conservateur, pour député de la Haute-Garonne au Corps législatif. Ce mandat lui fut renouvelé le 4 mai 1811.

En 1812, il perfectionna l'art d'extraire l'indigo du pastel, indiqua les moyens de l'obtenir en grand et d'en faire une couleur fixe, et devint directeur de la fabrique impériale d'indigo créée à Toulouse (12 janvier 1812).

Il adhéra en 1814 à la déchéance de Napoléon, ne figura pas dans la Chambre des Cent Jours, fut élu député du grand collège de la Haute-Garonne, le 22 août 1815, par 119 voix (189 votants, 261 inscrits), et fut successivement réélu, le 4 octobre 1816, par 135 voix (202 votants, 253 inscrits); dans le 4e arrondissement de la Haute-Garonne (Muret), dont il présidait le collège électoral, le 1er octobre 1821, par 178 voix (285 votants, 396 inscrits), contre 104 à M. Duran; le 25 février 1824, par 244 voix (247 votants, 355 inscrits); le 17 novembre 1827, par 150 voix (231 votants, 311 inscrits), contre 78 au baron de Cambon.

M. de Puymaurin siégea, en 1815, dans la majorité de la Chambre introuvable, en 1816, dans la minorité; puis il vota, avec les ministériels, notamment pour la loi d'indemnité, la loi du sacrilège, la loi restrictive de la liberté individuelle et la nouvelle loi électorale. Il proposa et fit adopter une inscription pour le monument commémoratif de Louis XVI, et fut nommé, le 1er mai 1816, directeur de la monnaie royale des médailles et membre du conseil de l'instruction publique. Ses saillies gasconnes égayèrent souvent les graves discussions de la Chambre; il traita de « voleurs » les détenteurs de biens nationaux, bien qu'il dût aux acquisitions de ces biens, faites par lui-même, la majeure partie de sa fortune.

Après 1830, il se retira à Toulouse. Admis dans la Légion d'honneur le 31 juillet 1811, il en devint officier le 2 novembre 1814 et commandeur le 17 mai 1825. Il était par ailleurs membre de l'Académie de Toulouse.

On a de lui : Notice historique sur la piraterie (1819 et 1825); Sur les procédés les plus convenables pour remplacer le cuivre par le bronze dans la fabrication des médailles (1823).

Date de mise à jour: juin 2013