Gustave, François, Louis Calvinhac

1849 - 1902

Informations générales
  • Né le 24 juin 1849 à Montauban (Tarn-et-Garonne - France)
  • Décédé le 6 juillet 1902 à Bois-colombes (Hauts-de-Seine - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 2 mai 1887 au 14 octobre 1889
Département
Haute-Garonne
Groupe
Extrême-gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 22 septembre 1889 au 8 février 1890
Département
Haute-Garonne
Groupe
Ouvrier socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 23 mars 1890 au 14 octobre 1893
Département
Haute-Garonne
Groupe
Ouvrier socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 31 mai 1898
Département
Haute-Garonne
Groupe
Ouvrier socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 22 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Haute-Garonne
Groupe
Ouvrier socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 27 avril 1902 au 6 juillet 1902
Département
Haute-Garonne
Groupe
Ouvrier socialiste

Biographies

Député de 1887 à 1889, né à Montauban, (Tarn-et-Garonne), le 24 juin 1849, il vint étudier le droit à Paris, et prit, comme publiciste et surtout comme conférencier et orateur de réunions publiques, une part active au mouvement socialiste, notamment vers 1878.

Elu à cette époque, comme candidat révolutionnaire, conseiller municipal de Paris par le quartier de Charonne, il siégea quelque temps à l'Hôtel de Ville, mais vit bientôt son élection cassée, comme ne satisfaisant pas aux conditions de domicile exigées par la loi. Il se fixa ensuite à Toulouse, devint l'élu des radicaux-socialistes au conseil municipal de cette ville, et fut porté, en 1885, sur la liste républicaine la plus avancée, lors des élections législatives du 4 octobre; il échoua alors; mais le pacte de concentration, qui détermina au second tour de scrutin l'union des républicains de toutes nuances pour le succès d'une liste commune, fit plus tard de M. Calvinhac le candidat du parti républicain de la Haute-Garonne à l'élection partielle qui suivit la mort de Duportal. Aussi ne fit-il appel, dans ses adresses aux électeurs, qu'au sentiment démocratique : « Tous unis, leur dit-il, vous marcherez au scrutin, groupés autour du drapeau national, le drapeau de la République, contre ceux qui, rêvant de renverser le gouvernement que vous vous êtes librement donné, veulent rétablir la royauté et la tyrannie, grâce à l'alliance monstrueuse du bonapartisme et du drapeau blanc. »

Au premier tour de scrutin, qui eut lieu le 17 avril 1887, M. Duboul, candidat conservateur, obtint 50,750 voix, et M Calvinhac seulement 42,292. Il y avait eu 1,240 bulletins blancs, et 2,611 suffrages s'étaient perdus sur différents noms. La commission départementale de recensement avait eu à examiner de très près les chiffres de ce scrutin, qui avait donné lieu, de même qu'en 1885, à de nombreuses contestations, et qui ne fut pas définitif. Au ballottage, M. Calvinhac reprit l'avantage, avec 55,022 voix (109,657 votants, 143,815 inscrits), contre M. Duboul, qui n'obtint que 52,209 voix.

Il prit place à l'extrême gauche de la Chambre des députés et vota avec ce groupe; dans la dernière session, il s'est abstenu sur le rétablissement du scrutin uninominal (11 février 1889), et s'est prononcé:

- contre l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution (14 février),
- pour les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes (14 mars),
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse (2 avril),
- pour les poursuites contre le général Boulanger (4 avril).


Né le 24 juin 1849 à Montauban (Tarn-et-Garonne), mort le 6 juillet 1902 à Bois-Colombes (Seine).

Député de la Haute-Garonne de 1887 à 1889 et de 1890 à 1902. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. 1, p. 557).

Aux élections générales législatives du 22 septembre 1889, il fut réélu, dans la deuxième circonscription de Toulouse au premier tour de scrutin, par 7.823 voix contre 6.164 à son plus proche concurrent M. Labat. Mais il dut se représenter le 9 mars 1890 devant ses électeurs, son élection ayant été annulée le 8 février précédent pour grattage des procès-verbaux. Il fut réélu, au deuxième tour de scrutin, par 7.094 voix contre 5.838 au même concurrent.

Membre des mêmes commissions que sous la précédente législature, toujours inscrit au petit groupe ouvrier socialiste, qui siégeait alors à l'extrême gauche de la Chambre, il déposa une proposition de loi concernant le monopole concédé à la Compagnie des chemins de fer du Midi pour l'exploitation des canaux du Midi. Il intervint dans toutes les discussions qui eurent lieu à ce sujet ainsi qu'aux débats sur le budget de 1891, sur la situation faite aux hôpitaux de Paris par le renvoi des sœurs hospitalières et sur la grève de Reims (1891). Il parla également de l'autorisation permettant au Mont-de-Piété de Paris de faire des avances sur valeurs mobilières libérées au porteur (1891).

Réélu au premier tour de scrutin, au renouvellement du 20 août 1893, par 6.337 voix contre 6.255 à M. Rességuier, il déposa deux nouvelles propositions de loi ayant pour objet l'une la construction d'un canal maritime de l'océan à la Méditerranée (canal des Deux Mers), l'autre tendant à conférer aux obligataires le droit de prendre une certaine part à l'administration des sociétés et à régler le mode de cette participation (1894). Il intervint dans des discussions concernant: la réduction des salaires d'ouvriers appartenant au personnel civil des ateliers de l'Etat et le renvoi d'ouvriers de la manufacture d'armes de Châtellerault (1896), les sinistrés de la Haute-Garonne, du Gers et des Hautes-Pyrénées (1897) et le budget de l'exercice 1898.

Il fut réélu au renouvellement des 8 et 22 mai 1898, au deuxième tour de scrutin, par 9.212 voix contre 5.396 à son plus proche concurrent M. Favarel. Membre de la Commission du droit d'association, il ne prit qu'une part restreinte aux débats en raison de son état de santé.

Il obtint, malgré tout, le 27 avril 1902 une réélection presque triomphale, dès le premier tour de scrutin, par 10.738 voix contre 5.978 à son concurrent M. Gégout, mais eut à peine le temps de siéger. Il mourut quelques semaines après l'ouverture de la législature, à Bois-Colombes, le 6 juillet 1902.

Le Président Léon Bourgeois, qui prononça son éloge funèbre au cours de la séance du 7 juillet 1902, tint à rendre hommage à son attitude patriotique pendant la guerre de 1870, qu'il fit comme aide-major dans une compagnie franche appelée la « Phalange algérienne », à la sincérité de ses sentiments et au désintéressement de ses convictions. « M. Calvinhac, déclara-t-il notamment, montra toujours ce qui était le trait essentiel de son caractère et la tendance maîtresse de son esprit : le souci des plus humbles et des plus faibles et le désir ardent de mettre dans l'organisation sociale une somme toujours plus grande de justice et d'humanité. »

Gustave Calvinhac, qui avait fondé l'un des premiers journaux socialistes d'Alger: La jeune République, fut choisi par les radicaux d'Algérie pour aller protester, auprès de l'Assemblée Nationale contre la signature de la paix et contre l'invalidation du mandat conféré à Garibaldi par les électeurs français. Cette protestation étant restée vaine, il participa à la Commune ; il fut arrêté le 8 juin 1871, interné pendant six mois à Versailles et condamné par le Conseil de guerre à un an de prison et 500 fr d'amende. Aussitôt libéré, il se fit le défenseur de l'amnistie.

C'est en juillet 1876 que commença sa carrière politique, qui se termina prématurément alors qu'il n'avait que 53 ans.


Retour haut de page