Maurice, Léonce Camier

1884 - 1933

Informations générales
  • Né le 15 juin 1884 à Cambrai (Nord - France)
  • Décédé le 5 novembre 1933 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 5 novembre 1933
Département
Nord
Groupe
Parti socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 15 juin 1884 à Cambrai (Nord), mort le 5 novembre 1933, à Paris-20e.

Député du Nord de 1932 à 1933.

Agent technique des Régions libérées à Cambrai, puis représentant de Commerce, c'est dans sa ville natale que Maurice Camier commença à exercer ses qualités civiques, consacrant à ses compatriotes tous les loisirs que lui laissait son emploi. Militant socialiste, membre de la Commission administrative de la Fédération S.F.I.O. du Nord, son inlassable propagande lui valut d'être élu conseiller municipal de Cambrai, puis par une ascension naturelle et progressive d'être amené à siéger à la Chambre des Députés aux élections générales des 1" et 8 mai 1932. Il emporta le siège au deuxième tour de scrutin, par 12.503 voix contre 11.540 à M. Delmotte, sur 25.647 votants, dans la première circonscription de Cambrai.

Inscrit au groupe socialiste, il entra à la Commission d'assurance et de prévoyance sociales et à celle des régions libérées. Auteur d'un rapport et d'un rapport supplémentaire sur la proposition de loi tendant à proroger les délais fixés pour le dépôt des justifications de remploi en matière de dommages de guerre par l'article 85 de la loi du 31 mars 1931 (1932), il n'eut pas le temps de donner sa mesure : Mutilé du travail, toujours en lutte avec la souffrance, il dût être transporté à l'hôpital Tenon où il mourut le 5 novembre 1933, à l'âge de 49 ans.

M. Yvon Delbos, Vice-Président de la Chambre annonça ce décès à ses collègues à la séance du 7 novembre, rendant hommage « au labeur du disparu, à son esprit pratique allié à la générosité de ses aspirations sociales. »

« L'aménité et la courtoisie de son caractère la sincérité évidente de ses convictions, sa franchise et sa loyauté, lui avaient rapidement valu l'estime générale. »

L'inhumation eut lieu à Cambrai où il reçut l'ultime hommage de ses nombreux amis.


Retour haut de page