Félix, Paul, Marie Salvage

1796 -

Informations générales
  • Né le 22 août 1796 à Saint-Martin-Valmeroux (Cantal - France)
  • Décédé à une date inconnue

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Cantal
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Cantal
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Cantal
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Cantal
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Cantal
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Cantal
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1831 à 1848, né à Saint-Martin-Valmeroux (Cantal) le 22 août 1796, fils de Jean Félix Augustin Salvage qui avait été député en 1791, il fit son droit et prit place aux barreaux de Riom et de Clermont.

Ses idées libérales et son opposition à la Restauration lui valurent d'être élu, le 6 juillet 1831, député du 3e collège du Cantal (Mauriac), par 110 voix (211 votants, 258 inscrits), contre 53 à M. Roquecave de Thuret, ingénieur en chef à Clermont-Ferrand.

Réélu successivement dans le même collège, le 21 juin 1834, par 129 voix (242 votants, 277 inscrits), contre 110 à M. de Thuret; le 4 novembre 1837, par 172 voix (269 votants, 313 inscrits), contre 89 à M. de Tournemine; le 2 mars 1839, par 190 voix (264 votants); le 9 juillet 1842, par 164 voix (313 votants, 355 inscrits), contre 147 à M. de Miramon ; le 1er août 1846, par 282 voix (291 votants, 431 inscrits), il siégea d'abord au centre gauche, mais ne tarda pas à devenir ministériel ; il fut vice-président de la Chambre.

Absent lors de la discussion de l'adresse de 1839, il vota pour la dotation du duc de Nemours, pour les fortifications de Paris, pour le recensement, contre les incompatibilités, contre l'adjonction des capacités, et pour l'indemnité Pritchard.

Président du tribunal civil de Mauriac en 1837, conseiller général du Cantal pour le canton de Salers en 1846, et chevalier de la Légion d'honneur (1842), il quitta la vie politique à la révolution de 1848.

Date de mise à jour: septembre 2013