Jean-Baptiste, Dominique Rolland

1753 - 1821

Informations générales
  • Né le 31 juillet 1753 à Remilly (Moselle - France)
  • Décédé le 29 novembre 1821 à Remilly (Moselle - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 4 septembre 1791 au 20 septembre 1792
Département
Moselle
Groupe
Modérés
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 12 avril 1798 au 26 décembre 1799
Département
Moselle
Groupe
Modérés
Régime politique
Cent-Jours
Législature
Chambre des représentants
Mandat
Du 12 mai 1815 au 13 juillet 1815
Département
Moselle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 20 octobre 1818 au 29 novembre 1821
Département
Moselle
Groupe
Gauche constitutionnelle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1791, au Conseil des Cinq-Cents, représentant à la Chambre des Cent-Jours, député de 1818 à 1821, né à Remilly (Moselle) le 31 juillet 1753, mort à Remilly le 29 novembre 1821, « fils de Joseph Rolland, sergent en la châtellenie de Remilly, et d'Anne Gilet », il fit ses études au collège de Metz, et devint avocat au parlement de cette ville.

Partisan des principes de la Révolution, il fut nommé juge, puis président du tribunal de district de Fauquemont, et fut élu le 4 septembre 1791, député de la Moselle à l'Assemblée législative, le 4e sur 8, par 313 voix (417 votants). Il prit place parmi les modérés, fit partie du comité des rapports et deux fois des députations envoyées auprès du roi au 20 juin et au 10 août, et vota en faveur de La Fayette.
Appelé à la Convention et au tribunal criminel par ses concitoyens, il refusa ces doubles fonctions et reprit modestement son ancien poste au tribunal de Fauquemont.

Elu, le 23 germinal an VI, député de la Moselle au Conseil des Cinq-Cents, il fit partie du comité de législation et lut plusieurs rapports sur les hypothèques et les créanciers des émigrés, ainsi que sur l'état des finances.

Rallié au 18 brumaire, il fut nommé, le 28 floréal an VIII, président du tribunal civil de Sarreguemines, puis conseiller à la cour de Metz, lors de la réorganisation des cours et tribunaux en 1811.

Il était président du collège électoral de Metz aux Cent-Jours, quand il fut élu, le 12 mai 1815, représentant de l'arrondissement de Metz, par 60 voix (118 votants).

Conseiller honoraire de 1815 à 1818, il fut réélu député, le 20 octobre 1818, par le grand collège de la Moselle, avec 618 voix (919 votants, 1 111 inscrits), siégea au côté gauche, protesta contre la résolution des pairs sur la loi des élections et vota contre les lois d'exception et contre le nouveau système électoral. Il mourut au cours de la législature


Retour haut de page