Jacques, Joseph Viennet

1734 - 1824

Informations générales
  • Né le 14 avril 1734 à Béziers (Hérault - France)
  • Décédé le 12 août 1824 à Béziers (Hérault - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 9 septembre 1791 au 20 septembre 1792
Département
Hérault
Groupe
Modérés
Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 4 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Hérault
Groupe
Modérés

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1791, membre de la Convention, et député au Conseil des Anciens, né à Béziers (Hérault) le 14 avril 1734, mort à Béziers le 12 août 1824, d'une famille d'origine italienne, qui remonte, prétend-on, à un lieutenant de Didier, roi des Lombards, il fut gratifié d'un canonicat à 18 ans, entra, à 20 ans, dans le régiment des dragons de Languedoc, fit les campagnes de Hanovre, et fut licencié en 1763.

Officier municipal de Béziers en 1790, il fut élu, le 9 septembre 1791, député de l'Hérault à l'Assemblée législative, le 8e sur 9, par 233 voix (420 votants). Il siégea parmi les modérés.

Réélu, le 4 septembre 1792, par le même département membre de la Convention, le 4e sur 9, avec 409 voix (484 votants), il contesta à l'Assemblée le droit de juger Louis XVI, et répondit au 3e appel nominal : « Dans les réflexions que j'ai soumises à votre examen, je crois avoir prouvé que Louis n'a cessé d'être roi qu'à l'époque où vous avez aboli la royauté; je crois encore qu'il ne peut être jugé comme homme. Je ne me suis jamais cru autorisé par nos commettants à me constituer juge ; j'ai toujours pensé qu'une assemblée de législateurs ne pouvait s'ériger en tribunal judiciaire; que le même corps ne pouvait à la fois exercer la justice et faire des lois : que cette cumulation de pouvoirs serait une monstruosité. La précipitation avec laquelle vous avez décidé que vous jugeriez Louis, donnera à vos ennemis une ample matière de la plus amère et peut-être de la plus juste des critiques. Ce décret m'a fait, malgré moi, juge : j'ai obéi. Interpellé de déclarer si Louis est coupable, j'ai répondu oui. On me demande aujourd'hui le genre de peine qui doit être appliqué à Louis, je réponds : nul ne peut être puni que par les lois préexistantes aux crimes qu'il a commis. La seule qui existe contre Louis est la prévention de l'abdication de la royauté ; mais comme nous ne sommes pas une cour judiciaire, comme nous sommes simplement hommes d'Etat, nous devons adopter la mesure politique qui tourne le plus certainement à l'avantage de la société. Si la chute de Louis pouvait entraîner celle de tous les prétendants à la couronne, je voterais pour la mort de Louis, mais comme cela ne se peut, l'intérêt du peuple me paraît repousser cette peine. Je conclus à ce que Louis soit reclus pendant tout le temps de la guerre. » Il vota en outre pour l'appel et pour le sursis.

Dans une altercation qu'il eut avec Marat, celui-ci ayant tiré un pistolet de sa poche, Viennet lui saisit le bras, et l'invita à venir se battre le lendemain au bois de Boulogne: mais Marat déclina l'invitation. Viennet combattit les propositions de Voulland qui prétendait révolutionner l'Hérault, fut nommé commissaire à la remonte des armées, et donna, dans ce poste, des preuves de probité.

Elu, le 21 vendémiaire an IV, député de l'Hérault au Conseil des Anciens par 193 voix (232 votants), et de l'Aisne par 286 voix (326 votants), il fut secrétaire de cette assemblée, siégea jusqu'en germinal an VI, et ne reparut plus sur la scène politique.