Jean-François Genin

1765 - 1838

Informations générales
  • Né le 22 janvier 1765 à Chambéry (Savoie - France)
  • Décédé le 8 mars 1838 à Chambéry (Savoie - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 7 août 1793 au 26 octobre 1795
Département
Mont-Blanc
Groupe
Montagne

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Membre de la Convention, né à Chambéry (Savoie) le 22 janvier 1765, mort à Chambéry le 8 mars 1838, fils de Bertrand Génin, procureur et notaire royal, il était homme de loi et officier municipal à Chambéry, lorsqu'il fut élu, le 18 février 1793, 2e député-suppléant du département du Mont-Blanc à la Convention.

Il fut admis à la Convention le 7 août suivant en remplacement de Gavard, non acceptant.

Ami de Dumaz, son collègue au barreau de Chambéry et à la Convention. Génin siégea à la Montagne, à côté de son autre collègue, député du Bas-Rhin, Simond, qui, né à Rumilly, était son compatriote. Génin fut adjoint au comité des subsistances militaires, donna 3 000 livres à la patrie en 1793, et fit nommer (février 1794) une commission pour examiner l'administration des habillements militaires.

Membre du club des Jacobins, il en fut expulsé en raison d'une dénonciation qu'il avait faite contre un de ses compatriotes nommé Dufresne, et fut à cette occasion en butte aux attaques de la Société populaire de Chambéry.

Non réélu après la session de la Convention, il redevint avocat dans sa ville natale.

On a de lui : Opinion sur la réunion de la Belgique à la France.

Date de mise à jour: novembre 2019