Alexis, Joseph Vermon

1754 - 1832

Informations générales
  • Né le 6 novembre 1754 à Mézières (Ardennes - France)
  • Décédé le 11 mai 1832 à Mézières (Ardennes - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 5 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Ardennes
Groupe
Modérés

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

membre de la Convention, né à Mézières (Ardennes) le 6 novembre 1754, mort à une date inconnue, exerçait à Mézières l'état de tanneur. Le 5 septembre 1792, il fut élu par le département des Ardennes membre de la Convention, le 5e sur 8, avec 163 voix (302 votants). Il prit place parmi les modérés, se montra l'adversaire déclaré de Marat, qu'il accusa d'avoir demandé deux cent soixante-dix mille têtes pour assurer la tranquillité publique, et, lors du procès du roi, répondit : « Je vote pour la détention jusqu'à la paix, mais pour la mort en cas d'invasion du territoire de la République. » Il opina en outre pour l'appel et pour le sursis. Dans la séance du 24 septembre 1793, il prit la défense de son frère, officier à l'armée du Nord, à qui on reprochait son manque d'énergie et d'activité. Vermon entra dans la magistrature sous le premier empire, et fut nommé juge au tribunal de Mézières. Lors de la promulgation de la loi du 12 janvier 1816, le préfet des Ardennes lui intima l'ordre de quitter la France. Vermon prit, le 3 février 1826, un passeport pour Bouillon, et se retira à la Haye. De là, il réclama contre l'injuste application qui lui était faite de la loi de 1816, ajoutant subsidiairement « qu'il avait été entraîné à jouer un rôle politique par la faiblesse de son caractère. » L'erreur fut reconnue, et il fut rappelé le 13 mai 1818; il était de retour à Mézières le 13 juin suivant.