Pierre Garreau

1748 - 1827

Informations générales
  • Né le 17 janvier 1748 à Bois (Charente-Inférieure - France)
  • Décédé le 23 mars 1827 à Marennes (Charente-Maritime - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 15 octobre 1795 au 19 mai 1799
Département
Charente-Inférieure

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Conseil des Cinq-Cents, né à Bois (Charente-Inférieure) le 17 janvier 1748, de Pierre Garreau notaire royal et Elisabeth Drouet, mort à Marennes (Charente-Inférieure) le 23 mars 1827, il était procureur du roi à l'élection de Marennes avant la Révolution.

Administrateur du département pour le district de Marennes (25 juin 1790), président de ce district en novembre suivant, une seconde fois administrateur du département du 5 septembre 1791 au 10 septembre 1792, il fut élu, le 23 vendémiaire an IV, député de la Charente-Inférieure au Conseil des Cinq-Cents, avec 155 voix sur 310 votants. Il s'y occupa particulièrement de la condition des déportés par les Anglais, et, à la séance du 4 fructidor an IV, fit décider, à propos de la pétition du citoyen Millet, déporté dans l'île Sainte-Lucie, que les accusés seraient informés du tribunal où ils devraient purger leur contumace.

En l'an XI, Garreau fut nommé président de chambre au tribunal de Trêves, et, le 14 juin 1804, chevalier de la Légion d'honneur. Premier président de la cour de Trèves (1805), il fut créé, le 9 mai 1811, baron de l'empire. L'invasion étrangère le força de rentrer en France en 1814 et mit fin à sa carrière de magistrat. Le 31 mai 1815, il reçut une pension de 6,000 francs, qu'une ordonnance du 23 février 1815 réduisit à 4,000. En mai 1815, pendant les Cent-Jours, le baron Garreau présenta à l'empereur l'adresse du collège électoral de la Charente-Inférieure. En 1816, il se porta candidat à la députation dans le collège de département de la Charente-Inférieure, aux élections qui suivirent la dissolution de la Chambre, mais il ne fut pas réélu.

Date de mise à jour: juillet 2020