Louis, Anne, Esprit Rallier

1749 - 1829

Informations générales
  • Né le 23 septembre 1749 à Montautour (Ille-et-Vilaine - France)
  • Décédé le 4 août 1829 à Fougères (Ille-et-Vilaine - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 17 avril 1799 au 26 décembre 1799
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Droite
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 4 juin 1814
Département
Ille-et-Vilaine
Régime politique
Première Restauration
Législature
Chambre des députés des départements
Mandat
Du 4 juin 1814 au 20 mars 1815
Département
Ille-et-Vilaine
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 2 août 1828
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Groupe constitutionnel

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Conseil des Anciens, au Conseil des Cinq Cents, au Corps législatif et de 1827 à 1828, né à Montautour (Ille-et-Vilaine) le 23 septembre 1749, mort à Fougères (Ille-et-Vilaine) le 4 août 1829, « fils de maître Jean-Joseph Rallier, sieur des Ourmes, conseiller du roi et d'honneur au présidial de Rennes, et de dame Françoise-Pélagie Huguet, son épouse », il suivit la carrière des armes et devint capitaine du génie au moment de la Révolution.

Partisan des idées nouvelles, il quitta l'armée, fut nommé, en 1790, officier municipal de Fougères, et fut élu, le 25 vendémiaire an IV, député d'Ille-et-Vilaine au Conseil des Anciens, à la pluralité des voix sur 344 votants. Il parla sur les hospices civils, sur la loi du 3 brumaire, sur la résolution relative aux nominations des députés de la Corse et des colonies, s'opposa à la mise en activité de la Constitution aux colonies, émit une nouvelle opinion concernant l'action en rescision, et désapprouva la résolution sur les droits de bac et les prises maritimes; il fit aussi partie de la commission des inspecteurs de la salle, le 8 brumaire an IV.

Il passa ensuite, le 28 germinal an VII, au Conseil des Cinq Cents, comme député du même département, y appuya les mesures réactionnaires, parla sur la responsabilité des communes, combattit le système des otages, et prêta le serment de haine à la royauté le 1er prairial an VII.

Rallié au 18 brumaire, il fut successivement choisi comme député d'Ille-et-Vilaine au Corps législatif par le Sénat conservateur, le 4 nivôse an VIII, le 4e jour complémentaire de l'an XIII et le 8 mai 1811. Il y fit constamment partie de la commission des finances et de celle des règlements intérieurs, fut proposé (ventôse an X), pour une place de conseiller d'arrondissement de Fougères, et fut créé chevalier de l'empire la 14 juin 1810.

M. Rallier, qui s'occupait de littérature et d'histoire et était membre de l'académie celtique, rentra dans la vie privée en 1815. Mais, à la fin de la Restauration, il revint de nouveau au parlement, ayant été élu, le 17 novembre 1827, député du 3e arrondissement électoral d'Ille-et-Vilaine (Vitré), par 144 voix (271 votants, 304 inscrits), contre 125 à M. Duplessis d'Argentré. Il siégea parmi les constitutionnels, démissionna, pour raison de santé, le 2 août 1828, et fut remplacé, le 22 décembre suivant, par M. de la Riboisière.

On a de lui : Recueil de chants moraux et patriotiques (1799) ; Oeuvres politiques et morales (1813).

Titulaire de la croix de Saint-Louis (1788), il fut nommé chevalier de la Légion d'honneur le 6 mars 1810.

Date de mise à jour: septembre 2015