Jean-François Germain

1762 - 1825

Informations générales
  • Né le 29 avril 1762 à Censeau (Jura - France)
  • Décédé le 22 juillet 1825 à Censeau (Jura - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 14 avril 1798 au 26 décembre 1799
Département
Jura
Groupe
Droite
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 1er juillet 1804
Département
Jura
Régime politique
Cent-Jours
Législature
Chambre des représentants
Mandat
Du 11 mai 1815 au 13 juillet 1815
Département
Jura

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Conseil des Cinq-Cents, au Corps législatif de l'an VIII à 1804, représentant à la Chambre des Cent-Jours, né à Censeau (Jura) le 29 avril 1762, d'Antoine et Catherine Germain, propriétaires cultivateurs, mort à Censeau le 22 juillet 1825, il exerçait la profession d'avocat, lorsqu'il fut appelé au directoire du département du Jura en 1790.

Il remplit ces fonctions jusqu'en 1793, époque à laquelle, mis hors la loi comme fédéraliste, par suite des événements du 31 mai, il se réfugia en Suisse. Après le 9 thermidor, Germain fut réintégré dans ses fonctions administratives, et, en 1796, devint juge au tribunal civil de Lons-le-Saulnier.

Le 25 germinal an VI, il fut élu député du Jura au Conseil des Cinq-Cents. Favorable au coup d'Etat de brumaire, il fut admis, le 4 nivôse an VIII, par le Sénat conservateur, sur la liste des membres du nouveau Corps comme député du Jura.

Il sortit de cette assemblée en 1804, fut nommé conseiller de préfecture de son département (7 pluviôse an XII), et y remplit par la suite, en diverses circonstances, les fonctions de préfet, notamment lors de l'invasion des alliés (1814).

Rallié à la Restauration, il reçut des mains du comte d'Artois la croix de la Légion d'honneur en octobre 1814; puis l'arrondissement de Poligny, par 36 voix sur 66 votants, lui confia, le 11 mai 1815, le mandat de représentant à la Chambre des Cent-Jours.

Après la courte session de cette assemblée, il reprit ses fonctions de conseiller de préfecture et les exerça jusqu'en février 1816. Il se retira alors à Censeau et s'occupa d'y créer une école et une maison de charité.

Date de mise à jour: juillet 2020