Joseph Chamoux

- 1802

Informations générales
  • Décédé le 26 mai 1802 à Valence (Drôme - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 14 avril 1799 au 26 décembre 1799
Département
Mont-Blanc

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Conseil des Cinq-Cents, né à Chambéry (Savoie), à une date inconnue, mort à Valence (Drôme), le 26 mai 1802, avocat à Chambéry avant la Révolution, il fut député de Chambéry-le-Vieux à l'Assemblée des Allobroges, et devint un des inspecteurs de la salle (questeur) de cette assemblée.

Membre du conseil général du Mont-Blanc à sa formation (1793), après avoir tour à tour applaudi aux motions de Marat et à la chute de Robespierre, il était accusateur public près le tribunal criminel du département du Mont-Blanc, quand il fut élu, par ce département, député au Conseil des Cinq-Cents, le 25 germinal an VII, en remplacement de Doppet, invalidé l'année d'avant.

Chamoux débuta à l'Assemblée par une motion d'ordre, à l'occasion de l'assassinat des plénipotentiaires français à Rastadt; membre de plusieurs commissions, il prit souvent la parole pour reprocher au Directoire de laisser les frontières dégarnies, pour demander la formation d'un comité chargé de prendre les mesures nécessaires coutre l'invasion étrangère, etc.; il fut des 171 députés qui votèrent la motion de Jourdan, demandant, devant les symptômes de coup d'Etat qui allaient aboutir au 18 brumaire, qu'on proclamât « la patrie en danger ». Il ne fut pourtant pas du nombre des députés exclus, le 19 brumaire, de la représentation nationale, et, s'il ne rentra pas au Corps législatif de l'an VIII, il accepta du premier consul, le 12 prairial de la même année, les fonctions de juge au tribunal d'appel de Grenoble.

Il était à son décès président du truibunal criminel de la Drôme.

Date de mise à jour: juillet 2020