François Aubert

1736 -

Informations générales
  • Né le 1er septembre 1736 à Troyes (Aube - France)
  • Décédé à une date inconnue à Paris ( Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 14 avril 1798 au 26 décembre 1799
Département
Seine
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 1er juillet 1802
Département
Seine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Conseil des Cinq-Cents et au Corps législatif de l'an VIII, né à Troyes, le 1er septembre 1736, mort à Paris, à une date inconnue, il appartenait à une famille de la Champagne, attachée au fisc.

Nommé, en 1761, commissaire adjoint aux impositions de l'élection de Troyes, dans les bureaux de son oncle, il devint, en 1772, commissaire général des impositions dans la généralité de Paris, à Tonnerre et Vézelay, puis, de 1778 à 1780, fut délégué commissaire général des impositions à Beauvais, subdélégué au département de Paris, commissaire général des impositions dans l'élection de Paris, et inspecteur des frais de recouvrement dans toute la généralité, faisant fonctions de subdélégué général jusqu'à la mort de M. Berthier. En septembre 1787, Aubert figurait à l'Assemblée provinciale de Corbeil, qui comprenait presque tout le département de Paris, en qualité de premier secrétaire, et était électeur de Paris en 1789.

La Révolution n'entrava pas sa carrière. En février 1790 il fut nommé directeur du Bureau des comités ecclésiastiques et d'aliénation des domaines nationaux; en 1791, chef du bureau des contributions, au premier département de Paris; en 1792, inspecteur des contributions du département de la Seine, envoyé commissaire aux Salines en 1794, rappelé à Paris, dix-huit mois après, comme chef du Bureau des contributions, et enfin inspecteur des contributions de la Seine en 1797.

Le 25 germinal an VI, il fut élu, par le département de la Seine, député au Conseil des Cinq-Cents. Il y fit voter deux projets, l'un relatif à l'établissement d'un octroi à Paris, l'autre sur un dégrèvement des contributions directes. Après le 18 Brumaire, il devint directeur des contributions directes de la Seine, et entra au Corps législatif, le 4 nivôse an VIII. Il en sortit en 1802, passa à la commission de vérification des comptes arriérés des receveurs des contributions de la ville de Paris, et fut nommé la même année régisseur de l'octroi de Paris, place qu'il occupa jusqu'au 15 janvier 1815.