Guillaume, Auguste Jaubert

1762 - 1825

Informations générales
  • Né le 9 janvier 1762 à Condom (Gers - France)
  • Décédé le 2 mars 1825 (Lieu de décès inconnu)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 6 janvier 1813 au 4 juin 1814
Département
Cantal
Régime politique
Première Restauration
Législature
Chambre des députés des départements
Mandat
Du 4 juin 1814 au 20 mars 1815
Département
Cantal

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif de 1813 à 1815, né à Condom (Gers) le 9 janvier 1762, mort le 2 mars 1825, « de Me Michel Jaubert, procureur-ez-cours et de Dmelle Henriette Capot-Feuillide légitimement mariés », frère du tribun François Jaubert, il suivit l'état ecclésiastique, et fut nommé, en 1801, curé de Notre-Dame de Bordeaux, puis grand vicaire du diocèse.

Par l'influence de son frère, il obtint l'évêché de Saint-Flour, en remplacement de l'abbé de Voisins, mort avant d'avoir reçu l'institution canonique. Mais, par suite des dissentiments entre Napoléon et le pape, celui-ci refusa tout d'abord les bulles à l'abbé Jaubert, qui prit néanmoins possession de l'administration du diocèse, et ne reçut ses bulles qu'en 1811 ; comme elles ne faisaient pas mention de la nomination impériale, Napoléon enjoignit à l'évêque de s'en tenir au décret du chef de l'Etat : les bulles papales ne sortirent qu'en 1814 des cartons du ministère des cultes, et jamais l'abbé Jaubert ne put réussir à se faire sacrer. En qualité d'évêque nommé, il assista, en 1811, au « concile national ». Plus tard, il se fit présenter à Fontainebleau au pape, qui le reçut assez froidement.

Elu par le Sénat conservateur député du Cantal au Corps législatif, le 6 janvier 1813, Jaubert y montra, en 1814, des principes constitutionnels, et vota avec la minorité. Sous la Restauration, sa situation délicate vis-à-vis de la cour de Rome le détermina à donner sa démission : il se retira en 1816 dans le Cantal avec une pension, et s'occupa de traduire de l'italien la Vraie Idée du Saint-Siège, par l'abbé dom P. Tamburini (1819).

Jaubert avait été créé baron de l'Empire le 28 mai 1809 et chevalier de la Légion d'honneur le 18 août 1810.

Date de mise à jour: mai 2013