Jean, Gaspard, Julien de Godailh

1764 - 1840

Informations générales
  • Né le 6 janvier 1764 à Tournon (Lot-et-Garonne - France)
  • Décédé le 9 octobre 1840 à Agen (Lot-et-Garonne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 12 octobre 1803 au 4 juin 1814
Département
Lot-et-Garonne
Régime politique
Première Restauration
Législature
Chambre des députés des départements
Mandat
Du 4 juin 1814 au 20 mars 1815
Département
Lot-et-Garonne

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif de l'an XII à 1815, né à Tournon (Lot-et-Garonne) le 6 janvier 1764, mort à Agen (Lot-et-Garonne) le 9 octobre 1840, « fils légitime et naturel de Messire Sébastien de Godailh, chevalier, seigneur de Meyrade et de dame Anne Bonnefoux, mariés » il fut officier d'artillerie, puis, après avoir rempli des fonctions administratives, entra comme professeur de grammaire générale à l'école centrale d'Agen.

Secrétaire général de la préfecture de Lot-et-Garonne sous le Consulat, il fut élu, le 19 vendémiaire an XII, par le Sénat conservateur, député de ce département au Corps législatif, et obtint sa réélection le 2 mai 1809. Godailh se montra des plus empressés à voter la déchéance de Napoléon 1er.

Le 18 août 1814, il parla en faveur du projet de loi sur la presse et soutint que la censure était indispensable dans les circonstances actuelles, la religion n'étant point assez honorée ni les mœurs assez sévères pour que les « écarts de l'esprit » ne fussent point réprimés. Le 14 octobre, il prononça, sur le projet relatif à la libre importation des fers, un discours dont l'impression fut ordonnée.

Non réélu député en 1815, Godailh fut, le 1er juin 1828, admis à la retraite comme conseiller de préfecture.

Il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le 2 novembre 1814 et officier le 6 janvier 1815.

Date de mise à jour: mai 2013