Jean-Baptiste, Antoine Nourisson

1768 - 1855

Informations générales
  • Né le 22 novembre 1768 à Lyon (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 23 juillet 1855 à Besançon (Doubs - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 27 mars 1802 au 1er juillet 1806
Département
Haute-Saône
Régime politique
Cent-Jours
Législature
Chambre des représentants
Mandat
Du 13 mai 1815 au 13 juillet 1815
Département
Haute-Saône
Groupe
Constitutionnel
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 13 novembre 1822 au 24 décembre 1823
Département
Haute-Saône
Groupe
Minorité libérale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif de l'an X à 1806, représentant aux Cent-Jours, député de 1822 à 1824, né à Lyon (Rhône) le 22 novembre 1768 « fils légitime de sieur Antoine Nourrisson maître marchand horloger et de Marguerite Jeanne Guelf », mort à Besançon (Doubs) le 23 juillet 1855, il était commissaire du gouvernement près le tribunal de Gray, lorsqu'il fut élu, le 6 germinal an X, par le Sénat conservateur, député de la Haute-Saône au Corps législatif; il siégea dans cette assemblée jusqu'en 1806.

Substitut du procureur impérial à Besançon en 1811, chevalier de l'Empire le 11 septembre 1813, il reparut à la Chambre des représentants pendant les Cent-Jours, le 13 mai 1815, comme l'élu du grand collège de la Haute-Saône, par 117 voix sur 151 votants et 244 inscrits.

Il appartint, sous la Restauration, au parti « constitutionnel », et, après avoir échoué, comme candidat à la Chambre des députés, le 13 novembre 1820, avec 63 voix contre 68 à l'élu, M. Bressand de Raze, puis, le 28 janvier 1822, dans le 2e arrondissement de la Haute-Saône (Vesoul), avec 91 voix contre 115 à l'élu, M. Galmiche, (il s'agissait alors de remplacer M. Martin, démissionnaire), il réussit à devenir député de Gray, le 13 novembre 1822, par 137 voix (259 votants, 310 inscrits) contre 94 à M. Brusset et 25 à M. Garnier, maire de Gray.

Il vota avec l'opposition jusqu'en 1824, et quitta ensuite la vie politique. Titulaire de l'ordre de la Réunion en 1812, il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le 10 juin 1815.

Date de mise à jour: décembre 2014


Retour haut de page