Victor, Amédée, Marie de Broglie

1772 - 1851

Informations générales
  • Né le 23 octobre 1772 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 23 décembre 1851 à Rânes (Orne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Orne
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 4 octobre 1816 au 26 mars 1817
Département
Orne
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 20 septembre 1817 au 1er mai 1822
Département
Orne
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Frère de Charles Louis Victor de Broglie (1756-1794), député aux Etats généraux de 1789, Victor Amédée Marie de Broglie, député de 1815 à 1822, né à Paris, le 23 octobre 1772, mort au château de Rânes (Orne), le 23 décembre 1851, fut destiné d'abord à l'Eglise, mais, conduit en Allemagne avec sa famille par l'émigration, il s'enrôla dans l'armée des princes, dans le « régiment des cocardes blanches », que commandait son père. Après la mort de son frère, il passa colonel de son régiment, fit campagne en 1796 et 1797 dans l'armée des alliés, reçut la croix de Saint-Louis en 1799, fut nommé gentilhomme d'honneur du duc d'Angoulême, et passa maréchal de camp à l'occasion du mariage de ce prince.

Rentré en France sous le Consulat, il contracta, dans l'Orne, un riche mariage, refusa, en 1813, le commandement d'un régiment de gardes d'honneur que lui offrait Napoléon, et fut nommé inspecteur de cavalerie sous la Restauration.

Retiré dans l'Orne pendant les Cent-jours, il fut chargé, au second retour du roi, de licencier les fédérés de la Normandie.

Le 22 août 1815, le collège de département de l'Orne l'élut député, par 137 voix sur 189 votants et 255 inscrits ; il siégea à la droite modérée, et, réélu le 4 octobre 1816, puis le 20 septembre 1817 par 551 voix sur 834 votants et 1 387 inscrits, vota inébranlablement avec la majorité ministérielle.
Aux élections du 25 février 1824, il échoua dans le 3e arrondissement électoral de l'Orne (Argentan), avec 54 voix contre 101 accordées à M. Legonidec, élu, et ne fit plus partie d'aucune législature. Il se retira alors dans son château de Rânes, fut admis à la retraite comme maréchal de camp, le 10 octobre 1835, et resta en dehors de la politique jusqu'à sa mort.

Date de mise à jour: juillet 2015


Retour haut de page