Pierre Basterrêche

1761 -

Informations générales
  • Né le 27 mars 1761 à Bayonne (Basses-Pyrénées - France)
  • Décédé à une date inconnue

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 11 septembre 1819 au 9 mai 1823
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Gauche libérale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1819 à 1823, né à Bayonne (Basses-Pyrénées), le 24 mars 1761, mort à une date inconnue, était négociant armateur à Bayonne, quand il fut élu, le 11 septembre 1819, député par le collège de département des Basses-Pyrénées, avec 183 voix sur 280 votants et 401 inscrits.
Bien que toutes les biographies l'aient confondu jusqu'ici avec Jean-Piarra Basterrêche, Pierre Basterrêche n'avait rempli, avant 1819, aucun mandat législatif. Son rôle à la Chambre des députés fut assez important. Membre influent de la gauche libérale, il prit plusieurs fois la parole en son nom.

A propos de la loi suspensive de la liberté individuelle (mars 1819), il fit ressortir le caractère absolument inconstitutionnel de cette loi, compara l'état dans lequel elle allait mettre la France à celui de la Turquie et ajouta que, pour lui, il n'était nullement jaloux de voir les ministres nous gouverner en vizirs.

Il se déclara (en avril), hautement partisan de la liberté du commerce, et attaqua le système général des douanes, ainsi que divers amendements tendant à augmenter les droits d'entrée sur les laines étrangères.

Se prononçant de même (20 mai) contre la nouvelle loi sur les élections, il déplora que la charte ne fût plus que comme une concession temporaire révocable à volonté. « Pour connaître les sentiments de la masse du peuple, qui est assez généreux pour ne pas se plaindre d'être privé des droits électoraux, ne fallait-il pas du moins laisser les élections à ceux qui, étant plus près de lui, possèdent toute sa confiance? » Il conclut en demandant au roi de gouverner pour le peuple, et non pour les privilégiés.

Date de mise à jour: juin 2015


Retour haut de page