Louis, Léopold Buquet

1768 - 1835

Informations générales
  • Né le 5 mai 1768 à Charmes (Vosges - France)
  • Décédé le 25 avril 1835 à Nancy (Meurthe-et-Moselle - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cent-Jours
Législature
Chambre des représentants
Mandat
Du 14 mai 1815 au 13 juillet 1815
Département
Vosges
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 13 novembre 1820 au 24 décembre 1823
Département
Vosges
Groupe
Gauche modérée
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 20 février 1828
Département
Vosges
Groupe
Gauche modérée

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant à la Chambre des Cent-Jours, député de 1820 à 1824, et de 1827 à 1828, né à Charmes (Vosges), le 5 mai 1768 « fils légitime au sieur Léopold Buquet négociant de Charmes et de demoiselle Elisabeth Françoise Perrin son épouse », mort à Nancy (Meurthe), le 25 avril 1835, il embrassa de bonne heure la carrière militaire; nommé sergent-major dans le 4e bataillon des volontaires des Vosges le 28 août 1791, il fit les campagnes du Rhin, devint lieutenant quartier-maître le 15 décembre 1792, passa à l'armée de Sambre et Meuse en qualité d'adjoint provisoire auprès de l'adjudant général Kleber (30 mars 1793), et fut promu capitaine, le 25 juin suivant, et aide de camp de Kléber, le 16 août. Adjudant général chef de brigade (25 prairial an III), chef d'escadron dans la gendarmerie nationale (22 prairial an V), chef de la 18e division de gendarmerie à Metz (28 vendémiaire an VII), il fut décoré de la Légion d'honneur, le 15 pluviôse an XII, promu officier du même ordre le 25 prairial suivant, et général de brigade le 28 vendémiaire an XIII. Envoyé en Espagne en 1807, il se battit courageusement au combat de Talaveyra, fut blessé grièvement, fait prisonnier et interné à Cadix sur des pontons. Il parvint à s'échapper, rejoignit l'armée française, fut nommé commandeur de la Légion d'honneur le 30 juin 1811, et, à la première Restauration, chevalier de Saint-Louis (29 juillet 1814). Au début des Cent-jours, l'empereur lui confia (3 avril 1815) l'inspection générale de la gendarmerie; il quitta le service militaire au second retour des Bourbons, et fut admis à la retraite le 7 avril 1819.

Le 14 mai 1815, le collège de département des Vosges l'avait élu représentant à la Chambre des Cent-jours, par 65 voix sur 123 votants; le même collège l'élut encore, le 13 novembre 1820; il siégea à la gauche modérée jusqu'en 1824, et n'obtint le renouvellement de son mandat que le 17 novembre 1827, dans le 2e arrondissement électoral des Vosges (Remiremont), par 67 voix sur 117 votants et 171 inscrits, contre 47 voix données à M. Richard d'Aboncourt, député sortant. Toutefois, les élections du département des Vosges ayant été annulées le 20 février 1828, il ne fut pas reçu à la Chambre. Le baron Buquet n'a pas fait partie d'autres législatures.

Date de mise à jour: octobre 2015