Pierre, Vincent Benoist

1758 - 1834

Informations générales
  • Né le 5 janvier 1758 à Angers (Maine-et-Loire - France)
  • Décédé le 1er décembre 1834 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Maine-et-Loire
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 4 octobre 1816 au 22 juillet 1820
Département
Maine-et-Loire
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 13 novembre 1820 au 24 décembre 1823
Département
Maine-et-Loire
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Maine-et-Loire

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1815 à 1827, né à Angers (Maine-et-Loire), le 5 janvier 1758, mort à Paris, le 1er décembre 1834, il était fils d'un lieutenant de la sénéchaussée d'Angers, et publia dans divers journaux des articles d'économie politique.

En 1794, son nom fut mêlé peu heureusement aux accusations de falsification des comptes de la Compagnie des Indes, qui amenèrent Delaunay d'Angers, Chabot, Fabre d'Eglantine et Bazire devant le tribunal révolutionnaire; aussi ne put-il entrer dans l'administration qu'assez tard, grâce à la protection de Maret, depuis duc de Bassano, qui le fit nommer chef de division et directeur de la correspondance au ministère de l'intérieur.

Napoléon ne lui accorda aucune distinction honorifique; le Gouvernement provisoire de 1814 le nomma commissaire à l'intérieur, et la Restauration l'appela au Conseil d'Etat (29 mai 1814), qu'il quitta au retour de l'île d'Elbe.

Nommé par Louis XVIII, après Waterloo, directeur général de la comptabilité des communes, il fut, le 22 août 1815, élu député par le collège de département de Maine-et-Loire, avec 115 voix sur 213 votants et 276 inscrits, et vota avec la majorité de la Chambre introuvable. Le 24 février 1816, il demanda que l'âge de l'éligibilité fût fixé à trente ans, et que la Chambre fût renouvelée intégralement tous les cinq ans: « Songez-y bien, dans cinq ans, les jeunes gens qui en auront trente, n'auront pas pris part aux événements désastreux, qui, depuis vingt-cinq ans, désolent notre malheureux pays. Lorsqu'ils lèveront la main dans cette enceinte pour prêter leur serment de fidélité, ils n'auront point à se reprocher d'en avoir prêté d'autres; lorsqu'ils se présenteront devant la fille auguste de nos rois, elle ne pourra lire dans leurs yeux inquiets leurs remords ni leurs regrets; ils auront des mains vierges, un coeur pur, des âmes sans reproche et sans honte. » La motion fut repoussée.

Réélu le 4 octobre 1816, par 120 voix sur 229 votants et 269 inscrits, il échoua le 5 novembre 1820, dans le 1er arrondissement électoral d'Angers, avec 209 voix contre 402 accordées à son concurrent, M. Gautret, élu, mais huit jours après, le 13 novembre, fut réélu par 246 voix sur 401 votants et 424 inscrits; le 25 février 1824, ce fut le 2e arrondissement électoral de Maine-et-Loire (Saumur) qui l'envoya à la Chambre par 345 voix sur 423 votants et 479 inscrits; M. Bodin, député sortant, n'obtint que 71 voix. M. Benoist, créé comte par Louis XVIII, ne fit pas partie d'autres législatures.

On lui doit quelques publications traduites de l'anglais: le Moine, traduction du roman de Lewis (1797), Voyages dans le Sud de l'Amérique septentrionale, traduit de Bartram (1798), Mémoires de Miss Bellamy (1799), le Cultivateur anglais (1801), etc.