Georges, Louis, Joseph Durand d'Elecourt

1781 - 1859

Informations générales
  • Né le 10 novembre 1781 à Douai (Nord - France)
  • Décédé le 26 mars 1859 à Douai (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 13 novembre 1822 au 24 décembre 1823
Département
Nord
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Nord
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Nord
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 3 juillet 1830 au 14 août 1830
Département
Nord
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1822 à 1830, né à Douai (Nord) le 10 novembre 1781, mort à Douai le 26 mars 1859, il étudia le droit et exerça dans sa ville natale la profession d'avocat.

Dévoué au gouvernement de la Restauration, il fut élu, le 13 novembre 1822, député du 7e collège du Nord (Douai), par 169 voix sur 233 votants et 256 inscrits, contre 63 voix à M. Deforest de Quardeville. Il fit partie de la majorité, et obtint sa réélection, le 25 février 1824, par 198 voix sur 205 votants et 246 inscrits.

Ses relations étroites avec le ministère le firent nommer conseiller à la cour royale de Douai et chevalier de la Légion d'honneur. « Cette double faveur, écrivait alors un biographe, lui donna l'idée d'en solliciter une troisième : la présidence d'une des chambres de la même cour, en attendant que la première présidence vînt à vaquer. Mais, pour cette fois, on a jugé à propos de le laisser sur son appétit. Son crédit s'est cependant réfléchi sur sa famille; et comme il n'a pas d'enfants, il a substitué ses frères, beaux-frères et cousins dans la bienveillance ministérielle. »

M. Durand d'Elecourt fut encore réélu député de Douai, le 17 novembre 1827, par 116 voix (202 votants, 223 inscrits), contre 83 voix à M. d'Haubersaert, et député du Nord, le 3 juillet 1830, au collège de département, par 338 voix (585 votants, 687 inscrits).

Fidèle à la monarchie déchue, il donna sa démission de député le 12 août 1830, par la lettre suivante : « Monsieur le Président, « Les événements qui viennent de s'accomplir ayant changé les conditions sous lesquelles j'avais reçu mandat de mes commettants, je ne crois pas devoir exercer les fonctions de député du Nord; je vous prie de vouloir bien faire agréer à la Chambre ma démission. Profondément attaché à notre belle patrie, je fais les vœux les plus ardents pour son bonheur.

« J'ai l'honneur, etc.

« DURAND D'ELECOURT. »

Il vécut à Douai dans la retraite jusqu'à sa mort.


Retour haut de page