Germain Armand

1784 - 1854

Informations générales
  • Né le 23 juin 1784 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 21 juillet 1854 à Saint-omer (Pas-de-Calais - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Gauche dynastique
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Gauche dynastique
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Gauche dynastique
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Gauche dynastique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1834 à 1846, né à Paris le 23 juin 1784 « fils de Nicolas Claude Armand entrepreneur des bâtiments de la Ville et de Bénedicte Christine Béhague, son épouse », mort à Saint-Omer (Pas-de-Calais) le 21 juillet 1854.

Ancien officier de la garde impériale, propriétaire à Saint-Omer, et maire de cette ville, M. Armand, qui s'était déclaré en faveur de la révolution de Juillet, fut élu, sans opposition, le 21 juin 1834, député du 6e arrondissement électoral (Saint-Omer) du Pas-de-Calais.

Ses opinions libérales le détachèrent bientôt de la majorité ministérielle, et, obéissant à l'inspiration d'Odilon Barrot, il prit place à gauche, parmi les membres de l'opposition dynastique, avec lesquels il vota jusqu'en 1846, sans prendre jamais la parole dans l'Assemblée. C'est ainsi qu'il repoussa l'indemnité Pritchard.

Il avait été réélu par le même collège les 4 novembre 1837, 2 mars 1839 et 9 juillet 1842. Aux élections du 1er août 1846, il échoua avec 141 voix contre M. Quanson, élu par 217 suffrages.

Il était conseiller général du Pas-de-Calais et chevalier de la Légion d'honneur (4 octobre 1810).

Date de mise à jour: janvier 2014