Joseph, Conrad d'Anthès

1773 - 1852

Informations générales
  • Né le 8 mai 1773 à Soultz (Haut-Rhin - France)
  • Décédé le 1er septembre 1852 à Soultz (Haut-Rhin - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 9 mai 1822 au 24 décembre 1823
Département
Haut-Rhin
Groupe
Extrême-droite
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Haut-Rhin
Groupe
Extrême-droite
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Haut-Rhin
Groupe
Extrême-droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1822 à 1830, né à Soultz (Haut-Rhin), le 8 mai 1773, mort à Soultz, le 1er septembre 1852. Riche propriétaire du Haut-Rhin, il fut élu le 9 mai 1822 membre de la Chambre des députés par le 2e arrondissement électoral du Haut-Rhin (Colmar). Il siégea à l'Extrême droite, et vota toujours avec les ultra royalistes. Successivement réélu les 25 février 1824, et 17 novembre 1827, il échoua le 23 juin 1830 contre M. André qui fut élu avec 179 voix (le baron d'Anthès n'en avait obtenu que 135).

Ce législateur n'aborda jamais la tribune ; pourtant il n'intervint pas seulement par ses votes dans les débats parlementaires. « Il doit à la puissance de ses poumons, disait la Nouvelle Biographie pittoresque des députés de la Chambre septennale, ainsi qu'à l'amitié qu'il porte au triumvirat ministériel, le surnom de général de la clôture, surnom dont, par parenthèse, il se montre un peu trop fier. M. d'Anthès est un baron campagnard qui, avant d'être le mandataire du grand collège de Colmar, passait sa vie dans son domaine de Schultz, entre la choucroute et le tabac de contrebande. Aujourd'hui que M. le baron est chef de file de la phalange clôturière, il a quitté la choucroute pour la truffe insidieuse. Un électeur fonctionnaire le félicitait un jour de ce qu'il avait si bravement crié la clôture ! la clôture ! durant la dernière session : « J'espère, dit-il, crier bien davantage à la session prochaine. »

A partir de la Révolution de juillet, le baron d'Anthès vécut dans la retraite. Il avait été conseiller d'arrondissement, puis conseiller général du Haut-Rhin.



Retour haut de page