Antoine, Bernard Carrelet de Loisy

1764 - 1838

Informations générales
  • Né le 1er décembre 1764 à Dijon (Côte-d'Or - France)
  • Décédé le 11 octobre 1838 à Dijon (Côte-d'Or - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 13 novembre 1820 au 24 décembre 1823
Département
Saône-et-Loire
Groupe
Centre ministériel
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 6 mars 1824 au 5 novembre 1827
Département
Saône-et-Loire
Groupe
Centre ministériel

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1820 à 1827, né à Dijon (Cote d’or), le 1er décembre 1764, mort à Dijon, le 11 octobre 1838, il fit ses études de droit, devint avocat, et fut admis en 1783, comme conseiller au Parlement de Bourgogne avec dispense d'âge. Après avoir habité Paris sous le Directoire, il se fixa en 1803, à Terrans (Saône-et-Loire), où il avait des propriétés, et dont il devint maire. Membre du conseil général du département (1810-1831), pour le canton de Chalon, et longtemps président de ce conseil, il fut nommé conseiller à la Cour impériale de Dijon, en 1811. La Restauration, qu'il accueillit avec joie, le décora de l'ordre du Lys (août 1814) et de la Légion d'honneur (14 septembre suivant); il entra au conseil municipal de Dijon en 1815, et fut élu député, le 13 novembre 1820, dans le collège de département de Saône-et-Loire, par 254 voix sur 449 votants et 527 inscrits. Il siégea au centre, et vota fidèlement avec les ministériels.

Le 25 février 1824, il échoua dans le 2e arrondissement électoral de Saône-et-Loire (Chalon-sur-Saône), avec 271 voix contre 306 accordées au général Thiard, élu; mais huit jours après, le 6 mars, il fut réélu au collège de département, par 229 voix sur 346 votants et 444 inscrits. Il ne monta qu'une fois à la tribune, pour demander la suppression du Conservatoire de musique. On a de lui quelques brochures sur le régime forestier, sur l'échelle mobile, etc.