Guillaume, Jean-Baptiste d'Andigné de Resteau

1771 - 1842

Informations générales
  • Né le 17 janvier 1771 à Maigné (Sarthe - France)
  • Décédé le 4 avril 1842 à Maigné (Sarthe - )

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 20 novembre 1822 au 24 décembre 1823
Département
Sarthe
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 6 mars 1824 au 5 novembre 1827
Département
Sarthe
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 24 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Sarthe
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de la Sarthe de 1822 à 1830, né à Maigné (Sarthe), le 17 janvier 1771, mort à Maigné, le 4 avril 1842, d'une branche cadette de la maison d'Andigné, il était maire de sa commune et membre du conseil général de la Sarthe, lorsqu'il fut, pour la première fois, le 20 novembre 1822, élu député de la Sarthe, au collège de département, par 210 voix sur 264 votants et 343 inscrits.

Il ne se fit pas remarquer à la Chambre, et se contenta de voter avec la majorité royaliste.

Réélu le 6 mars 1824 et le 24 novembre 1827, sans concurrent, il compta parmi les partisans dévoués de M. de Villèle. « Ce gentilhomme du pays des bons chapons, écrivait un biographe en 1826, ne dédaigne pas de s'asseoir quelquefois (tous les deux jours a cinq heures), à la table de M. de Villèle, où l'on mange des chapons de tous les pays du monde. L'excellence gasconne a l'art de flatter merveilleusement l'esprit national du gentilhomme manceau, en disant quelquefois à haute et intelligible voix, que les chapons du Mans sont sans égaux.»

Aux élections du 12 juillet 1830, d'Andigné de Resteau, s'étant porté candidat dans le 3e arrondissement électoral de la Sarthe (La Flèche), échoua avec 126 voix sur 273 votants et 294 contre Bourdon-Durocher, qui fut élu par 145 voix. Ce fut la fin de sa carrière politique.