Philippe Clerc-La-Salle

1795 - 1863

Informations générales
  • Né le 15 février 1795 à Niort (Deux-Sèvres - France)
  • Décédé le 2 octobre 1863 à Deyrançon (Deux-Sèvres - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 10 janvier 1834
Département
Deux-Sèvres
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 11 janvier 1834 au 25 mai 1834
Département
Deux-Sèvres
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Fils de Pierre Alexandre Clerc-la-Salle (1765-1837), député de 1831 à 1834, né à Niort (Deux-Sèvres), le 15 février 1795, mort à Deyrançon (Deux-Sèvres), le 2 octobre 1863, Philippe Clerc-la-Salle se fit recevoir avocat, et fonda dans son département un journal d'opposition libérale, « la Sentinelle des Deux-Sèvres », qui fut poursuivi par le gouvernement en 1829, et condamné.

En raison de ces antécédents, Clerc-la-Salle fut nommé, dès l'avènement de la monarchie de Juillet, secrétaire général de la préfecture des Deux-Sèvres, et élu, le 5 juillet 1831, député par le 1er collège électoral du département (Niort), avec 355 voix sur 521 votants et 639 inscrits, contre M. F. David 132 voix. Il prit place à gauche, et, le 15 mars 1832, attaqua vivement les doctrinaires alors au pouvoir.

Nommé vice-président du tribunal de Niort, le 10 décembre 1833, il fut soumis à la réélection, et son mandat lui fut confirmé, le 11 janvier 1834, par 271 voix sur 407 votants et 647 inscrits, contre 50 voix à M. Maillard, et 32 à M. Blot.

La Chambre ayant été dissoute au mois de mai suivant, Clerc-la-Salle ne se représenta pas; ses opinions s'étaient adoucies, et il se consacra à ses fonctions de magistrat jusqu'au coup d'Etat de 1851.

Inquiété à ce moment pour ses opinions, il fut expulsé du département par les commissions mixtes, se retira à Bordeaux, mais, le 15 mai 1852, le gouvernement le réintégra dans ses fonctions à Niort, et le nomma peu après président honoraire.

Une de ses filles a épousé M. Ricard, depuis député et ministre de l'Intérieur.

Date de mise à jour : décembre 2013


Retour haut de page