Louis, André, Jean-Raphael de Cordoue

1776 - 1849

Informations générales
  • Né le 22 juin 1776 à Dijon (Côte-d'Or - France)
  • Décédé le 2 décembre 1849 à Tain (Drôme - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 13 novembre 1820 au 24 décembre 1823
Département
Drôme
Groupe
Royalistes constitutionnels
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 24 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Drôme
Groupe
Centre droit
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 23 juin 1830 au 10 août 1830
Département
Isère

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1820 à 1824, de 1827 à 1830, pair de France, né à Dijon (Côte-d'Or), le 22 juin 1776, mort à Tain (Drôme), le 2 décembre 1849, il débuta sous l'Empire dans la carrière administrative : Napoléon l'appela, en 1812, à la sous-préfecture de Bar-sur-Seine, qu'il occupa pendant trois ans.

En 1816, il fut nommé par le roi chef d'état-major des gardes nationales de la Drôme et, en 1817, membre de la Légion d'honneur. Le 13 novembre 1820, le collège de département de la Drôme, par 74 voix sur 125 votants et 151 inscrits, contre 51 à M. de Mac-Carthy, député sortant, l'envoya à la Chambre des députés. Il siégea jusqu'en 1824, au centre, et vota le plus souvent avec les royalistes constitutionnels.

Elu pour la seconde fois, le 24 novembre 1827, par le même collège, avec 54 voix (103 votants, 124 inscrits), contre 49 à M. de Chabrillan, il reparut au centre droit, mais il se sépara plus d'une fois de ce groupe politique par les opinions qu'il exprima à la tribune, notamment le 19 février 1828, à l'occasion des fraudes électorales signalées par les électeurs du département de la Meuse. Il s'éleva alors contre « le système de finesses astucieuses, de méchancetés qui avait présidé aux élections. » Le ministère Martignac voulut s'attacher le député de la Drôme, et le créa officier de la Légion d'honneur. M. de Cordoue prêta, en effet, son appui à ce ministère.

Il fut réélu député, le 23 juin 1830, par le 3e arrondissement de l'Isère (La Tour du Pin), mais il ne crut pas devoir rester à la Chambre, et donna sa démission le 7 août, par une lettre qui se terminait ainsi : « Il n'est aucun Français, je le jure qui, plus que moi, désire que Mgr le duc d'Orléans, lieutenant général du royaume, trouve le bonheur en faisant celui de la patrie. Dieu protège la France! est aujourd'hui, comme au 16 mars dernier, mon vœu le plus ardent. » Il se retira ensuite dans ses propriétés de l'arrondissement de Valence, et devint (1831), conseiller municipal de la commune de Tain (Drôme).

Une ordonnance du 11 septembre 1835 le rappela à la vie parlementaire, en le faisant entrer à la Chambre des pairs. M. de Cordoue accepta cette situation nouvelle, et se montra désormais, dans la Chambre haute, favorable au gouvernement de Louis-Philippe. La révolution de 1848 le rendit définitivement à la vie privée. Il mourut à Tain l'année suivante.

Date de mise à jour: avril 2015